Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Pierre-Loup Rajot revient sur son parcours et évoque son actualité !

3 Novembre 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Source : Richard Schroeder

Crédit : Richard Schroeder

 

Bonjour Pierre-Loup,

Merci de répondre à quelques questions pour notre blog.x

1/ Vous avez multiples talents, comme en témoigne votre parcours au cinéma, en télévision, au théâtre mais aussi notamment en mise en scène. D’où vous vient cette passion pour l’art ? Qu’est-ce qui vous y plait tant ?

Que j’ai du talent, ça reste à voir… J’ai toujours vécu en essayant d’optimiser les rencontres que je faisais au cours de mon existence. J’en suis à avoir créé une structure que j’espère familiale qui est assez exhaustive dans ses choix et qui essaie de faire un travail sur ce que j’aimerais voir à travers le métier qui m’a forgé et qui m’a habité pendant 35 ans.

Au départ, je suis le sixième d’une famille de dix enfants. Mon adolescence fut très agréable, je n’ai pas comme certains la fêlure de la jeunesse qui s’exprime ensuite artistiquement. Je suis un grand enthousiaste de l’élan, j’y ai toujours cru, parfois à mes dépens.

Je me destinais à une carrière scientifique, avec une maitrise de sciences et techniques de l’environnement, je n’avais donc pas du tout la vocation. J’étais un jeune introverti et très timide. Un jour, on m’a conseillé de faire du théâtre, pour m’aider. Discipline que je pratiquais le soir, en parallèle de mes études.

Le virus m’a de suite pris. Les ateliers proposés m’ont plu, notamment l’adaptation et la mise en scène que j’ai faite de « Midnight express ». Je faisais des petits boulots pour payer mes projets. Par la suite, Francis Huster notamment et Patrice Chéreau m’ont pris sous leurs ailes et j’ai été happé par une envie et un désir des autres de travailler avec ce que j’étais.

Puis Dominique Besnehard m’a fait faire de nombreux films, dans des rôles secondaires, aux côtés de grands metteurs en scène. Il cherchait à ce moment-là des comédiens moins stéréotypés par les formations, qui avait une sorte d’authenticité et pas toujours le sens de la pratique du métier de comédien. Peut-être que ma grosse rébellion intérieure lui a plu. En fait, j’ai eu beaucoup de chance.

Puis j’ai eu le César du jeune espoir, qui m’a mis dans une situation de doute. Puis, j’ai, sans m’en rendre vraiment compte, refusé la facilité en participant à pas mal de premiers films que je pensais authentiques et sincères, qui ont entrainé certaines réflexions en moi.

2/ Quel regard portez-vous sur la télévision ?

J’ai adoré faire certaines télévisions, comme « Morte Fontaine » de Marco Pico, avec Clémentine Célarié. Il y avait à l’époque une proposition artistique évidente pour le petit écran. Mais aussi « Histoire d’ombres » de Denys Granier Deferre, avec Claude Rich. J’ai apprécié participer à ces projets, mais avec le temps, j’ai moins aimé travailler pour la télévision, quand j’ai senti que dans le travail, je n’avais plus vraiment mon mot à dire. C’est aussi pour cela que j’ai créé ma propre structure, il y a 5 ans, la télévision me paraissait alors inhumaine et inintéressante.

3/ Vous avez donc créé votre société. Pourriez-vous nous en dire davantage sur cette belle aventure ?

J’apporte mon petit savoir faire, mes techniciens et mes amis, pour des films maintenant plus imposants, comme « Ceci est mon corps », réalisé par Jérôme Soubeyrand. Cette structure se permet aussi et parfois malgré moi d’être distributrice et éditrice de Dvd. Et nous avons la chance d’être projeté dans des festivals.

Cela me permet également d’être un porte parole de quelque chose qui m’intéresse à plus d’un titre, à savoir que le cinéma est de plus en plus à côté de nous, et qu’autour de nous existent des gens passionnants. J’aime ce « minimalisme » et travailler sur le comportement humain, il y a des histoires merveilleuses à puiser dans notre entourage. À partir du réel, contrairement à ce que l’on peut faire habituellement, créer de la fiction, des histoires pas toujours réalistes justement. Je pense notamment à mon l’épicier, ou même à ma femme, à mes proches, qui ont participé à plusieurs projets.

Je rêve d’une structure autonome de tout système, qui va de la création/fabrication à la distribution/commercialisation. La petite entreprise essaie actuellement de monter un film un peu plus imposant, « Wanda la battante », de Jean Marbœuf. axé sur la transmission, projet que je trouve passionnant. Il faut arriver à se canaliser, car les sollicitations sont assez nombreuses, s’ajoutent à ça les projets persos. J’ai depuis peu l’aide de Jean-Louis Langlois, qui est devenu le gérant de notre structure.

4/ Plus globalement, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

En ce moment, je monte le documentaire « à la pêche ». L’expérience consistait à partir à la pêche en barque pendant une journée avec deux personnes, amis de 30  ans, qui m’étaient alors inconnues au large du Finistère nord. 

Avec tout ce que j’ai pu attraper, capter, sans idée préconçue, j’ai tenté de « fictionner » cette journée à postériori. Et je suis content du résultat. Cette expérience m’a énormément plu. Je suis tombé sur 2 individus très loquaces et drôles, venant d’univers à la fois très différents et complémentaires… Et indépendamment de la partie de pêche plutôt cocasse, je pense avoir fait avec tous ces éléments et le travail de montage et mixage dessus, un joli film sur l’amitié.

Sinon le film de Jean Marboeuf est l’histoire d’une enseignante de 70 ans, retraitée, vivant dans une cité et assistant à un viol collectif auquel participe un de ses anciens élèves. Ce film tente de montrer tout son trajet pour essayer de comprendre... pourquoi elle a raté, pourquoi la transmission de la culture n’a pas été efficace et n’a pas créé de lien, pourquoi nous en sommes si loin…

En attendant le résultat des commissions CNC, je tourne en ce moment le portrait d’ une artiste céramiste, et j’aimerais qu’elle expose à Paris. Enfin, j’ai écrit un long-métrage, « Ne vois-tu rien venir ? », sur la voyance et que j’aimerais bien réaliser à la sauvage avec mes proches. C’est l’histoire d’un père qui a un don de voyance qu’il a transmis à sa fille, mais elle s’en fout et n’en fait rien… Un jour il apprend qu’il est atteint d’un cancer irrémédiable, et son désir de faire don de son don va s’intensifier et le projeter dans certaines situations assez cocasses, car cela reste avant tout une comédie.

Ce fut un plaisir, Pierre-Loup, d’effectuer cette interview en votre compagnie !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article