Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Marie Yahmi revient pour nous sur son parcours et évoque ses projets !

28 Novembre 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Bonjour Marie,

Quel plaisir d’effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, au travers notamment de vos expériences en danse et en comédie. Qu’est-ce qui vous plait tant dans l’art ? Pourquoi prenez-vous autant de plaisir chaque jour à effectuer ce beau métier ?

Etre sur scène est quelque chose qui me plait énormément. A la base, j’ai commencé avec la danse, dans une grande école qui m’a permise de rencontrer de grands chorégraphes géniaux. Je pense que le plaisir est venu avec le temps. J’ai toujours aimé danser, mais sans savoir vraiment pourquoi, mais plus les années passent, plus je me rends compte que, quand je danse et que je fais ce qui me plait, j’ai l’impression de délivrer un message et d’apporter du bonheur.

La danse est très égoïste et très généreuse en même temps. Car c’est en se faisant plaisir à soi personnellement que l’on va réussir à faire plaisir aux gens. J’aime bien ce rapport-là. Il faut être sincère, sinon ce que l’on dégage n’est pas vrai et le public le ressent.

2/ Retrouvez-vous, ponctuellement, une certaine complémentarité entre les exercices artistiques évoqués précédemment ?

Ma formation de comédienne n’est pas aussi approfondie que celle de danseuse. Mon passage récemment sur TMC dans « Les mystères de l’amour » a été ma première expérience significative, après plusieurs figurations. J’ai fait beaucoup de cours de théâtre et de stages, mais je n’ai pas de formation aussi solide.

Je me suis sentie comme si je répétais une chorégraphie, à essayer d’être juste. Si je n’avais pas été danseuse, je n’aurais sans doute pas abordé ce rôle de la même façon. La danse m’aide à avoir un rapport au corps assez libre et, du coup, je me suis sentie artiste lors de ce passage.

La complémentarité est donc certaine, l’un aide l’autre et inversement.

3/ A quelques instants de monter sur scène, quels ressentis prédominent en vous ? Comment vous sentez-vous alors ?

J’ai toujours du stress, mais du bon stress, que j’aime. J’ai une boule au ventre et, si le spectacle se passe bien, je sens cette dernière exploser. C’est un peu imagé, mais c’est vraiment ce que je vis quand je suis sur scène. Plus le spectacle passe, plus je me libère et me sens libérée.

Il n’y a pas que du stress, je suis bien entendu aussi très heureuse d’être sur scène. Quelques minutes avant le spectacle, j’aime bien me retrouver toute seule, au calme. Pour m’échauffer et m’apaiser. Mais, juste avant l’ouverture du rideau, il est important de ressentir l’esprit du groupe, en se serrant les mains et en respirant ensemble. Il faut, pour faire un bon spectacle, que nous soyons connectés et ensemble.                                                                   

4/ Face au rythme soutenu d’un plateau de tournage, quelle est votre méthodologie de travail en amont ?

Pour la série sur TMC, j’ai très bien appris mon texte, je le connaissais par cœur, car j’avais peur de l’oublier. Je me suis efforcée à bien articuler pour êtes comprise à l’écran car, sinon, quand je parle naturellement, j’ai tendance à faire l’inverse.

J’ai beaucoup répété avant, pour ne pas avoir de surprise. Je ne voulais pas être désarmée ni perdre mes moyens, à cause d’un blanc ou d’un trou. Je souhaitais aussi être apte à réagir en cas de changement.

5/ De façon plus générale, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

Je travaille actuellement dans un cabaret, à Thiers. Cela se passe très bien. Mais j’ai très envie de rejoindre une grande comédie musicale. Cela me plairait vraiment bien.

J’adorerais également faire davantage de comédies. J’ai récemment postulé à un rôle dans une web-série, qui me plairait beaucoup. Le théâtre m’attire également. Notamment pour jouer une pièce très drôle, très comique.

Mon passage sur TMC m’a donné davantage confiance en moi et devrait me permettre de présenter plus facilement mon travail.

6/ Pour finir, que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre parcours ?

Que cela marche, que j’ai du travail, que je m’épanouisse dans ce que je fais. Sur le long terme, je suis tentée aussi par la chorégraphie. J’aimerais avoir le courage d’en faire. C’est encore plus une mise à nu que danseur, on se dévoile davantage. Mais il faut d’abord que je continue à murir et à accumuler de l’expérience.

Merci Marie pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article