Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Flore Lussato : court-métrage, projets, envies, elle nous dit tout !

28 Novembre 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Bonjour Flore,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !                               

1/ Vous participez au Nikon Film Festival avec votre court-métrage « Je suis une illusion ». Comment le présenter ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

C’est une rencontre qui peut paraître au premier abord peu singulière entre un jeune homme, Léo, et une jeune femme, Flore, que j’incarne ! En réalité, il y a une vraie morale derrière. Je vous laisse la découvrir ! Ce court-métrage est aussi une suite de moments inattendus : le spectateur ne s’attend jamais à ce qui va se passer sur la prochaine image. Donc, attendez-vous à être surpris !

2/ Vous en êtes la coréalisatrice. Quelles ont été vos principales sources d’inspiration ?

Depuis que je suis toute jeune, mais encore davantage depuis que je suis actrice, j’ai développé un sens aigu de l’observation. Je me suis alors aperçue qu’à chaque interaction entre deux personnes, il y a une perception, vraie ou fausse, que se fait la personne en face de nous. On a parfois tendance à projeter trop rapidement ce que l’on a envie que l’autre pense. Mais parfois, cela est totalement faux….  Les thèmes des perceptions et des illusions me fascinent.  Il était donc très important pour moi de traiter ces thèmes-là de façon légère et humoristique en utilisant une situation de la vie de tous les jours afin que celle-ci parle à chacun. Quoi de plus simple et curieusement de plus complexe qu’une rencontre entre un homme et une femme ?

Moi-même, il m’arrive de me tromper sur les pensées de la personne qui est en face de moi. Mais, j’essaie de plus en plus de comprendre l’autre et d’être empathie avec elle/lui pour ne pas être déçue et ne pas me faire d’illusions. Je me suis aperçue qu’avant d’être actrice, mon sens de l’observation n’était pas aussi développé. J’ai vraiment changé.

Le choix des mots et le comportement que l’on adopte sont deux facteurs importants pour ne pas induire l’autre en erreur. 

3/ Selon vous, qu’est-ce qui plaira aux internautes qui regarderont ce court-métrage ?

Les retours des spectateurs me font dire que le court-métrage est drôle, léger et accessible à tous. Une personne m’a même dit qu’il serait possible de retirer les dialogues, d’en faire un film muet et de le comprendre.  De plus, chacun peut se reconnaître dans ce court-métrage car : Qui ne s’est jamais fait d’illusions ?

4/ De façon plus générale, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

Je suis actuellement à la recherche d’un agent, qui va m’amener sur des castings avec des rôles à tenir et à défendre. Pour moi, c’est très important. J’adorerais travailler avec des réalisateurs comme les frères Dardenne, Michel Hazanavicius, les frères Cohen, Luc Besson… J’ai eu la chance de voir ce dernier sur les plateaux de tournage. Mon rêve serait de travailler avec Emilie Dequenne et Sandrine Bonnaire. J’adore leurs jeux très naturels.

Concernant le court-métrage, je travaille actuellement pour le sous-titrer en anglais afin de le diffuser à l’étranger. Je souhaite aussi l’inscrire dans des festivals. Un directeur de festival m’a d’ailleurs déjà contactée spontanément.

En ce moment, je travaille sur l’écriture d’un deuxième court-métrage. Ce dernier traitera aussi  des fausses perceptions que l’on peut avoir mais dans une situation complètement différente. Il durera une dizaine de minutes et l’action se passera dans plusieurs lieux. 

5/ Revenons quelques années en arrière. Comment vous est venue l’envie d’exercer ce métier ?

J’ai toujours voulu être actrice, depuis que je suis toute petite. Néanmoins, j’ai obtenu un diplôme d’ingénieur il y a deux ans. Ce cursus scientifique m’a permis de structurer mon esprit, de me perfectionner en anglais (j’étais en section internationale) et en allemand (je suis partie vivre six mois en Allemagne. Mes cours et mes examens étaient en allemand). Lors de mes deux années de classe préparatoire et d’école d’ingénieur, j’ai dû abattre une masse de travail considérable. Travailler jour et nuit ne me fait pas peur !  

Mes compétences acquises m’ont donc permises de co-réaliser le court-métrage de A à Z, avec Anthony NION !

Je me suis entourée d’une équipe technique très professionnelle et passionnée par son travail. Ce sont pour la plupart des personnes dont c’est le métier : Geoffroy CANTOU –mixeur–, Fabien CHENIER –compositeur–, Olivier CLAUDE –ingénieur son–, Anaïs CORNO –scripte–, Joaquim DE LEON –caméraman–, Marion DEMARRE –maquilleuse–, Chrystelle GAGEY –monteuse–, Marc GAUTRON –scénariste–, Nicolas LOSSEC –étalonneur–, Anthony NION –réalisateur– et Camille PATRICE –assistante réalisateur–. Merci à eux ! Je les recommande vraiment !

C’est un vrai travail d’équipe !

J’ai été très à leur écoute et je savais que j’avais énormément de choses à apprendre d’eux. Il est important d’être humble et de connaître ses forces et ses faiblesses. J’ai vraiment une volonté d’apprendre et de réussir.

Merci aux comédiens de mon court métrage : Fabrice ARIAS –Laurent–, Héloïse CARETTO –Jessica–, Léo DAVEZIES –artiste de rue– et Pablo –Léo.

Vous pouvez le visionner sur le lien suivant : http://www.festivalnikon.fr/video/2016/579

Merci, Flore, pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article