Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Serge Gisquière évoque pour nous son personnage sur TMC, ainsi que ses autres projets !

3 Juillet 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Serge Gisquière évoque pour nous son personnage sur TMC, ainsi que ses autres projets !

Bonjour Serge,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog !

1/ Vous interprétez actuellement le personnage de Peter Watson, dans la série à succès de TMC « Les Mystères de l’Amour ». Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore, comment le présenteriez-vous de façon simple ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Milliardaire avec un passé pas très reluisant puisqu’il avait fait son apparition dans « Les vacances de l’amour » pour bétonner l’île et embêter tout le monde. Depuis qu’il a rencontré Hélène, il y a huit saisons, il s’est transformé.

De méchant, il est devenu plutôt agréable, gentil, amoureux et prêt à aider son prochain.

2/ Les derniers épisodes de la saison 12 sont sources de nombreux changements pour votre personnage. Changements assez singuliers, comparativement à la vie quotidienne, au travers notamment d’un cryogénisation. Quel regard portez-vous sur cette évolution ?

Au-delà de cet événement ponctuel, Peter est un personnage gâté dans la série. Il a quand même eu pas mal de choses à jouer, il a connu beaucoup de vies différentes, passant par des états cérébraux divers et variés qui m’ont fait aborder la vie sous l’angle de l’adolescence ou bien encore du pervers sexuel.

Cela m’a permis d’avoir une palette de jeu très intéressante. J’aime interpréter mon personnage aussi pour cette raison, il y a pas mal de choses à découvrir et le producteur ne se prive pas de nous faire connaitre des situations loufoques.

L’avenir nous réserve de belles surprises, que j’accueille toujours à bras ouverts. Je ne suis pas sur un fil droit, des virages sont à jouer, ce qui est très intéressant.

3/ Si vous en aviez la totale liberté, comment aimeriez-vous voir évoluer votre personnage ? Quels axes lui donneriez-vous ?

J’apprécierais qu’il soit à nouveau un tout petit peu plus vénéneux. Il l’était déjà à Love Island et l’on peut même dire qu’il n’était pratiquement que ça. A présent, il est transi d’amour depuis plusieurs saisons, ce qui lui a fait perdre son côté dangereux.

On pourrait donc imaginer la chose non pas contre la bande d’amis, mais cette fois-ci plutôt à leur service. Cela me plairait, car j’aime bien jouer des « salauds ».

4/ De façon plus générale, le rythme de tournage est particulièrement soutenu sur la série. Aussi, comment vous préparez-vous en amont pour ensuite être efficace face au réalisateur?

Il n’y a pas de préparation particulière. Quand on tourne une série comme celle-là, depuis autant de temps, on possède le personnage. D’ailleurs, Jean-Luc Azoulay s’inspire aussi pas mal de ce que nous sommes dans la vie réelle.

J’essaie quand même d’imaginer ce que je pourrais faire en fonction des situations. En l’occurrence, lorsque j’ai joué l’adolescent, c’était extrêmement rigolo.

Contrairement à une pièce de théâtre ou à un téléfilm unitaire, nous y allons au feeling. Ce qui est d’autant plus facile que nous jouons avec des gens qui en ont l’habitude et qui rebondissent extrêmement vite à ce que l’on peut proposer.

C’est d’ailleurs l’une des qualités, je trouve, de cette série et de ce rythme de tournage : finalement, nous ne sommes jamais très loin du personnage, quoi que l’on fasse. Nous sommes entourés de gens qui savent ce que l’on doit jouer et qui sont d’autant plus surpris quand on interprète quelque chose d’autre.

Les moments où je jouais l’adolescent avec Hélène étaient purement délicieux, dans ce sens où elle ne s’attendait pas du tout à ce que je fasse de la sorte. Cela l’a surprise, et c’est tant mieux car c’est exactement ce qu’il faut dans une scène. Nous avons eu, avec l’équipe, de nombreux fou-rires pendant ces moments-là.

Il nous arrive quelques fois d’appeler Jean-Luc Azoulay lorsque l’on a une incertitude sur les intentions qu’il veut nous faire donner. Pour être sûrs d’être conformes à ses attentes et à la suite qui sera donnée à l’intrigue concernée.

5/ Les différentes casquettes de votre personnage vous permettent de jouer des scènes très sérieuses au travail, mais aussi d’autres avec les enfants. En tant qu’acteur, avez-vous une préférence particulière ?

Non. Les adolescents ont ceci de bien qu’ils sont extrêmement spontanés. Ils sont rarement inhibés. Ils sont évidemment castés aussi parce qu’ils ont cette qualité. Il est important, sur le tournage, qu’ils soient efficaces. Ils ont une sorte d’aplomb et un bagout qui font qu’ils sont directement dedans.

C’est plus facile avec certains qu’avec d’autres. Mais nous sommes une famille très ouverte, nous les mettons donc directement à l’aise.

Je tourne actuellement avec une nouvelle comédienne, d’une trentaine d’années, qui a parfois des difficultés avec la langue française, parce qu’elle est étrangère. Cela fait aussi un peu partie du personnage. Au début, je l’ai donc rassurée en lui expliquant que ses fautes de français me permettaient d’improviser et de la taquiner. Ce qui rend la scène encore plus réelle.

Les adultes s’inquiètent d’ailleurs davantage que les adolescents. Le paradoxe veut que ces tournages extrêmement rapides, directs et francs peuvent poser des soucis à des comédiens qui ont beaucoup d’expérience. Alors que ceux qui n’en ont pas peuvent se dire que c’est comme cela tout le temps et rentrent plus facilement dans le cadre.

6/ En parallèle de la série, quels sont vos projets et envies artistiques du moment ?

J’écris beaucoup. D’ailleurs, la période pendant laquelle mon personnage était en cryogénisation m’a permise de finaliser plusieurs projets que j’avais dû mettre un peu de côté. J’ai de nombreuses choses dans les tuyaux. Notamment un unitaire et une série, qui ont été optionnés et présentés à des chaines.

Un deuxième unitaire et encore une autre série vont aussi être présentés. Je suis également en contact avec une boite de production qui fait des web-séries de très haute volée. Ils ont aussi la gentillesse d’avoir un intérêt particulier pour quelque chose que j’ai écrit.

L’écriture est un exercice que j’apprécie particulièrement et que j’aimerais développer en parallèle des tournages.

7/ Sans dévoiler de grands secrets, vous n’habitez pas Paris. Parvenez-vous facilement du coup à gérer votre emploi du temps ?

Oui, pour plusieurs raisons. L’équipe de production est rodée, Paris n’est jamais qu’à deux heures et demi de là où j’habite et les tournages sont regroupés, pouvant permettre de tourner le même jour des scènes de cinq épisodes différents.

Ce n’est donc pas si contraignant et c’est aussi l’occasion pour moi, à chaque fois, de revenir sur Paris, une ville que j’adore et dans laquelle j’ai vécu pendant dix-neuf ans.

Ce fut une joie, Serge, d’effectuer cet entretien avec vous !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article