Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Le comédien Dominique Bastien nous présente son actualité et ses projets !

9 Novembre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

Le comédien Dominique Bastien nous présente son actualité et ses projets !

Bonjour Dominique,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à quelques questions pour notre blog.

1/ Vous êtes actuellement sur scène, au théâtre Tristan Bernard, pour la pièce « Les Faux British ». Pour commencer, pourriez-vous nous décrire le contenu de l’œuvre ? Quelle histoire y est mise en avant ?

C’est une comédie complètement déjantée où des membres d’une association d’amateurs de romans policiers se retrouvent chaque année pour monter un spectacle. En l’occurrence une pièce d’un auteur inconnu mais dont ils sont persuadés que Conan Doyle se cache derrière le pseudonyme.

Ce spectacle qu’ils souhaitent présenter se déroule dans un manoir dont le propriétaire a été assassiné et un inspecteur ressemblant fortement à Sherlock Holmes arrive pour tenter de dénouer l’affaire.

Ces gens qui ne sont pas des professionnels vont ainsi jouer une pièce qui part dans tous les sens. C’est extrêmement inventif, d’autant plus que les spectateurs rient avant même que le spectacle ne démarre, de petites choses qui se passent sur scène.

Ce spectacle se joue au Théâtre Tristan Bernard jusqu'au 9 janvier 2016, puis au Théâtre Saint-Georges, à partir du 20 janvier 2016.

2/ Vous interprétez le personnage de Sir Charles Haversham. Qui est-il ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

C’est lui qui a été assassiné. Mais je ne peux vous en révéler davantage car beaucoup de rebondissements sont à prévoir.

Il aurait dû se fiancer dans la soirée mais, hélas, décède. Tout est le monde est éventuellement coupable.

3/ Quelles sont, selon vous, les principales clés artistiques de l’œuvre pour plaire au public?

Le titre et l’affiche sont très accrocheurs. Le spectacle a démarré au mois de mai dernier et de suite la salle était remplie. Nous sommes actuellement complets chaque soir. Ce qui est un réel bonheur ! Le bouche à oreilles s’est fait extrêmement vite.

Le spectacle est une horlogerie suisse, une mécanique très bien réglée, à la seconde près, pour que le public s’éclate en permanence.

4/ Vous intégrez une équipe bien rodée, qui maitrise pleinement le spectacle. Pour les premières, vous êtes-vous inspiré de l’interprétation de Gwen Aduh, qui jouait le rôle jusqu’à présent ? Aimeriez-vous proposer une touche plus personnelle, par la suite, à votre personnage ?

Gwen est le coadaptateur ainsi que le metteur en scène de la pièce. Il est extrêmement exigeant et pointilleux. Ce qui est nécessaire car l’écriture est très précise.

La reprise d’un rôle peut, à première vue, paraitre confortable car l’on pourrait facilement croire que je n’ai qu’à me mettre dans ses chaussons. Mais, bien évidemment, je ne lui ressemble pas, avec quelques centimètres et kilos de plus. Avec aussi un jeu différent. Il a donc fallu que je m’adapte à mes partenaires et inversement, tout en restant dans ce que le texte propose.

L’équipe a été formidable, mon intégration s’est déroulée de manière très sympathique. J’ai eu la chance de rencontrer des gens adorables et chaleureux, qui ont été très disponibles.

5/ Revenons à ces derniers instants avant de monter sur scène, alors que le rideau est encore fermé mais que l’on entend le brouhaha dans la salle. Quel sentiment prédomine alors en vous ? L’excitation de retrouver le public ou une angoisse d’avant spectacle ?

C’est un mélange ! Lorsqu’on est encore dans la loge et qu’on entend, par les retours, qu’une certaine excitation règne dans la salle, l’adrénaline monte en conséquence. Ce phénomène est amplifié lors des premières représentations avec ce sentiment, juste avant de démarrer, d’avoir oublié son texte.

Un rituel existe d’ailleurs dans notre troupe très soudée, lorsque nous nous regroupons tous pour nous motiver, en cercle tel un haka.

Une fois le spectacle commencé, le plaisir prend alors le dessus et nous sommes heureux d’entendre le public rire.

6/ De façon plus générale, quels sont vos autres projets et envies artistiques du moment ?

J’aimerais beaucoup faire du Voice-over. C’est-à-dire poser ma voix sur un documentaire notamment. Je vais d’ailleurs faire un stage très prochainement pour me former.

Ce qui sera alors une autre facette du métier de comédien, bien différente de la scène ou des plateaux de tournage. Même s’il faut finalement quand même interpréter.

7/ Pour conclure, qu’auriez-vous envie de dire aux lecteurs de cet entretien pour les encourager à venir voir la pièce ? Et de façon plus générale à aller au théâtre ?

Le spectacle vivant est l’opportunité de connaitre des émotions que vous n’aurez nulle part ailleurs. Le théâtre est un lieu où des gens se mettent en danger et y expriment des choses qui peuvent être différentes d’un soir à l’autre. Qui vont vous faire sourire, pleurer ou vous émouvoir.

Si vous venez voir la pièce « Les Faux British », vous rirez comme vous ne l’avez sans doute pas fait depuis un long moment.

Ce fut une joie, Dominique, d’échanger avec vous !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dwd 03/07/2016 23:38

Dominique Bastien maîtrise parfaitement la scène. Bonne chance pour le voice-over.