Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Bruno Forget, artiste de talent, nous dévoile son actualité et ses projets !

28 Novembre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Bruno Forget, artiste de talent, nous dévoile son actualité et ses projets !

Bonjour Bruno,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog !

1/ Votre parcours met en avant les différentes cordes de votre arc artistique, au travers notamment du théâtre, de la télévision, de la radio mais aussi des voix-off et de la publicité. D’où vous vient cette passion pour l’art au sens général ? Qu’est-ce qui vous y plait tant ?

Je suis cinéphile depuis toujours, je regardais déjà beaucoup de films lorsque j’étais plus jeune. J’ai toujours eu cette envie de m’amuser et de divertir les autres. Pour autant, j’étais assez timide, donc mon envie de devenir comédien ne s’est révélée que tardivement, vers l’âge de 16 ans.

Le jeu a agi pour moi comme une thérapie, me permettant de me décomplexer, de m’affirmer et de m’extérioriser. Ce fut notamment le cas après le bac, pendant mes trois années de théâtre amateur en jouant des pièces comiques dans des foyers, des salles de spectacles et des écoles.

Ceci m’a incité à intégrer ensuite le cours Florent, avant de signer mon premier contrat en théâtre à 25 ans. Quelques années plus tard, j’ai pu étoffer mon parcours au travers de mes premières participations à des courts-métrages. Pour ensuite faire quelques publicités puis quelques rôles au cinéma et à la télévision.

L’envie est donc, pour résumer, venue du cinéma mais le plaisir du jeu s’est révélé par la pratique du théâtre.

2/ Le rythme sur les plateaux de tournage est généralement assez soutenu. Aussi, quelle est votre méthodologie de travail pour ensuite être efficace face au réalisateur ?

Il est important de maitriser parfaitement son texte. Je travaille peut-être plus que d’autres comédiens car je ne pense pas avoir une très bonne mémoire. Je suis une sorte de diesel. J’aime revoir le texte plusieurs fois par jour, pour m’en débarrasser rapidement et ne plus avoir d’écran quand je joue, afin de gagner ma liberté et de me permettre ensuite d’essayer de trouver plus facilement des idées de mise en scène. Le rythme, la densité et les axes de caméra sont autant alors d’éléments de réflexion.

3/ Revenons quelques instants sur les derniers instants, au théâtre, avant de monter sur scène. Lorsque le rideau est encore fermé mais que vous entendez le bruit de la salle. Comment vous sentez-vous alors ? Excité à l’idée de retrouver le public ou angoissé d’une nouvelle représentation ?

C’est, je pense, une conjugaison des deux. Il est vrai que les quelques minutes précédant la représentation correspondent au moment le plus stressant. Mais, en même temps, l’excitation de savoir que la barre est haute et qu’il va falloir donner le meilleur de soi-même est stimulante.

Il est important également d’être bien concentré sur son texte et sur le fil conducteur de son personnage. L’excitation est aussi liée au fait que chaque représentation est différente, en fonction notamment de l’énergie qu’envoie chaque membre de la troupe. Il faut donc être le plus possible dans le présent.

J’aime à la fois être surpris mais aussi étonner les autres. Tout en respectant la base et les fondamentaux définis lors des répétitions, il me plait d’aller plus loin.

4/ De façon plus générale, quels sont vos projets et vos envies artistiques du moment ?

Un réalisateur ayant une belle expérience à la télévision m’a sollicité pour participer à un projet en lien avec la guerre au Congo, au début du vingtième siècle. Il a pensé à moi pour un rôle dans ce téléfilm en six parties.

Les recherches de financement avancent, les deux tiers de l’objectif sont atteints mais le budget n’est pas encore complètement bouclé. Nous espérons pouvoir débuter le tournage en milieu d’année prochaine.

En parallèle, je viens de tourner une publicité pour la marque Mousline, qui sera visible courant du mois de janvier.

Sans oublier mon goût prononcé pour le théâtre. J’ai eu la chance, cet été, de jouer en Bretagne, dans des villages, en extérieur, pour aller à la rencontre du public. Ce fut une belle expérience.

J’ai pris aussi beaucoup de plaisir à jouer dans « La Cantatrice chauve », d’Ionesco, fin septembre, début octobre. J’espère que d’autres dates seront programmées, nous développons actuellement des pistes pour la province.

5/ Pour conclure, qu’auriez-vous envie de dire aux lecteurs du blog pour les inciter à s’intéresser à l’art, que ce soit au travers du cinéma, du théâtre, de la télévision ou bien encore des spectacles vivants ?

Il est important d’être curieux ! Soyez ouverts et disponibles à ce qui peut se passer dans l’art. N’hésitez pas non plus à vous fier à vos intuitions.

Si je puis dire, gardez la fenêtre ouverte !

Ce fut un plaisir, Bruno, d’effectuer cet entretien en votre compagnie !

Merci Julian.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article