Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Vincent Launay-Franceschini, comédien de talent, nous présente son actualité !

19 Octobre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Vincent Launay-Franceschini, comédien de talent, nous présente son actualité !

Bonjour Vincent,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à quelques questions pour le blog.

1/ Vous venez d’achever le tournage, en Alsace, du long-métrage d’Eric Bu « Ne vois-tu rien venir ». Pour commencer, pourriez-vous nous en raconter la thématique ? Quelle histoire y est présentée?

C’est, si je puis dire, un film de troupe car nous étions nombreux à nous connaitre avant le tournage. Ma compagne a aussi joué dans cette œuvre. Le scénario a en fait été écrit en se basant sur les personnalités de chacun. Mais nous n’en connaissions pas le contenu jusqu’au mois précédant le départ pour l’Alsace.

C’est une comédie vaudevillesque où j’interprète un vendeur de piscines en province. C’est quelqu’un d’attachant mais qui est un peu gauche. Quelques temps après avoir fait un important forcing à un client pour une commande, il apprend que ce dernier s’est tué dans la piscine qu’il venait d’installer.

Choqué par cet évènement, il tombe en dépression, jusqu’à être renvoyé de son travail. Il décide alors, avec sa femme, de se rendre chez sa belle-sœur, qui habite la maison de famille. Pour la convaincre de leur céder une partie de l’héritage.

C’est un film décalé, ma belle-sœur vivant avec le fantôme de sa mère. Ajoutons la présence d’un autre fantôme, celui de mon client décédé.

2/ Vous y interprétez le rôle principal de cette comédie. Qui est-il ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Mon personnage est certes attachant mais plutôt irresponsable. Il finit par tomber sous le charme de sa belle-sœur, sans l’assumer. Avant d’apprendre que naitra, de cette relation, un enfant.

C’est une histoire complètement décalée et haute en couleurs !

Ce long-métrage a été effectué sans financement. Le réalisateur, Eric Bu, alterne en fait entre des films au budget important et d’autres qu’il peut faire spontanément, avec une certaine liberté, mais sans financement.

Il s’agit en fait du troisième volet d’une série avec cette approche. Ce fut une très belle expérience, très sympathique et très agréable.

Nous étions en plan séquence presque en permanence. C’est alors aux comédiens de donner le rythme, ce qui est très formateur et particulièrement intéressant à jouer.

3/ Le rythme de tournage est généralement soutenu et les durées plutôt longues. A ce titre, quelle est votre méthodologie de travail ? Comment vous préparez-vous en amont pour être efficace dans la durée ?

Dans le cadre du film précédemment évoqué, de nombreux dialogues m’étaient attribués et j’ai eu peu de temps pour les préparer. J’ai, bien entendu, essayer de travailler un maximum le texte en avance, mais, du fait du timing court, il m’a surtout fallu m’approprier les situations.

Puis j’ai travaillé au fur et à mesure de l’avancée du tournage, aussi en laissant une place importante à mon instinct.

Ce rôle étant une vraie composition, la première scène tournée donne généralement le « la », l’intonation et le cadre. Aussi, au travers de la première scène, j’ai pu imposer et mettre en place un personnage avec toujours une petite part d’imprévu, des choses qui nous échappent et qu’on s’approprie. Le but, ensuite, était de tenir cette partition.

Aussi, au-delà du texte, mon travail était surtout de veiller à la cohérence de mon personnage et de le faire évoluer.

4/ De façon plus générale, quels sont vos autres projets et envies artistiques du moment ?

J’aimerais continuer à faire de belles rencontres et jouer des rôles riches au cinéma. Je passe actuellement de nombreux castings et j’attends avec impatience la nouvelle aventure.

En parallèle, de façon complémentaire, je suis également auteur et réalisateur. Je passe donc facilement d’un exercice à un autre, du besoin de camper les personnages des autres et de pouvoir être dirigé, au développement de mes propres projets. Où j’apporte une pierre différente à la construction.

5/ Votre parcours met d’ailleurs en avant la richesse et la diversité de votre panel artistique. Au travers d’expériences au cinéma, en télévision ainsi qu’au théâtre. Quelles complémentarités y retrouvez-vous ?

La création est toujours un travail d’équipe. Chacun apportant sa part à l’édifice.

Etre désinhibé et tranquille, pour lâcher prise est finalement la chose la plus importante et la plus difficile pour un acteur de cinéma ou tv. Cela dépasse toutes techniques ou théories enseignées en formation, chacun trouve son chemin. Certains y arrivent avec beaucoup de travail grâce à la technique et à l’expérience artistique au sens général et global du terme. D’autres y parviennent de façon plus naturelle et spontanée.

6/ Pour finir, si ce n’est pas déjà fait, comment convaincre les lecteurs de cette interview de vous suivre et de vous retrouver au travers de vos différentes interprétations ?

J’espère que vous aurez prochainement l’occasion de me voir d’avantage dans des rôles vivants et denses.

J’ai l’envie que vous puissiez me retrouver dans de nouveaux personnages qui vous parlent et dans lesquels vous pourrez vous projeter.

En tant que réalisateur, je souhaite réaliser de nouvelles histoires qui pourront vous toucher dans votre intimité. J’ai pas mal de projets de long métrages et j’espère qu’ils seront financés.

L’art est intéressant aussi car il permet de se retrouver et de partager les choses ensemble, à travers l’humain.

Cet échange fut un réel plaisir Vincent !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article