Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Sarah-Laure Estragnat, artiste aux multiples talents, nous dévoile son actualité et ses projets !

6 Octobre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Sarah-Laure Estragnat, artiste aux multiples talents, nous dévoile son actualité et ses projets !

Bonjour Sarah-Laure,

Quel plaisir d’effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous êtes une artiste à plusieurs casquettes, au travers notamment de la comédie et de la photographie, sans oublier l’écriture et la réalisation. Quelles complémentarités retrouvez-vous dans ces différents exercices ?

L’artistique est le dénominateur commun de tous ces projets. L’art, je trouve, n’a pas de limite et nécessite donc une recherche permanente et une curiosité sans limite. A titre personnel, tout m’attire et j’aime gouter aux différents thèmes cités.

Avec une personnalité hyperactive, j’ai plusieurs cordes à mon arc, à l’image du personnage de Leeloo dans « Le cinquième élément » ; je me sens « multipass ». Je serais d’ailleurs bien triste de ne pas pouvoir évoluer dans ces différents domaines ni de les approfondir au maximum, cela devient un challenge au quotidien pour moi.

L’art n’ayant pas de limite, je pense, par extension, qu’il n’a pas non plus de fin. C’est pourquoi aller plus loin est toujours intéressant et plaisant.

2/ Avez-vous une préférence particulière pour l’un de ces arts en particulier ? Ou est-ce justement leur diversité qui vous attire ?

Ce sentiment est très évolutif car mes préférences et mes attirances varient avec l’âge et le temps. Les expériences et les rencontres font avancer et incitent à tendre vers des chemins et des horizons changeants. Mes envies sont plus fortes à certains moments qu’à d’autres. Tous ces arts se nourrissant, je n’ai aucun regret à les alterner.

Mes vingt-six années d’expérience de comédienne m’ont permises de développer mon art et de m’intéresser également à ce qui se passe derrière la caméra. A l’âge de quinze ans, j’ai souhaité travailler comme régisseuse sur un film plutôt qu’au mac Do ! Ce sont ensuite mes études de graphisme qui m’ont poussé à aborder l’illustration et la photographie.

Dans ce cadre, j’ai eu la chance de collaborer avec le renommé photographe italien Paolo Roversi qui m’a été d’une grande aide. J’ai même pu participer au livre « Studio » qu’il a vendu en édition limitée. J’ai donc tout naturellement développé cet art en parallèle de mon métier de comédienne.

Par ce biais, je me suis ensuite davantage spécialisée dans les books pour comédiens, avant d’aborder la mise en scène ainsi que le cadrage.

C’est donc grâce à la photo que j’ai sauté le pas pour passer à l’image animée, au travers de mon premier court-métrage « Soleil noir ». Alexandra Ansidei et Tom Hygreck, les deux acteurs, m’ont accompagné au Maroc dans cette démarche. L’écriture, la mise en scène, le cadrage et une part importante du montage étaient ainsi sous ma responsabilité sur ce projet.

Mon court-métrage a ensuite été repéré pour un concours organisé par le Festival de Cannes et la région Ile de France, avec Julien Dray.

Je poursuis depuis mon parcours de jeune auteur réalisateur, avec cinq courts-métrages à mon actif. Yohann Zveig, formidable producteur, m’a permis de continuer dans cette voie, avec sa sensibilité artistique semblable à la mienne.

3/ De nombreux et très sympathiques de vos clichés sont visibles sur internet, notamment sur des sites qui y est consacrés. Quelles sont, selon vous, les principales clés d’une photo réussie ?

Le rapport que l’on peut avoir avec sa propre image et celle que l’on croit retranscrire est un sujet sensible.

Aussi, je travaille plutôt dans l’esprit d’images volées, comme pouvait le faire Doisneau. J’adore dérober une partie de l’âme des acteurs et des modèles. Le supplément d’âme qui se dégage alors ne se retrouve pas forcément dans une image que l’on veut contrôler.

Les photos au naturel, en instantané, sont ainsi mes préférées.

4/ Le rythme de tournage est généralement très soutenu sur un plateau. Comment vous y préparez-vous en tant que comédienne ? Quelle est votre méthodologie de travail en amont?

Un comédien doit être malléable, c’est pourquoi je travaille beaucoup à l’instinct. Mon adaptation à la lumière et au contenu est liée à l’instant vécu et aux éléments qui me sont donnés. Tant en comédie qu’en photographie.

Il est important, dans cette optique, d’avoir confiance en l’équipe de travail. L’envie de réussir, d’être généreux et de prendre du plaisir est aussi nécessaire pour être efficace.

Les rôles de composition que j’ai pu interpréter jusqu’à présent ont tous été d’enrichissantes expériences. De la jeune femme de bonne famille à la gitane, en passant par une fille de la jeunesse dorée fortement droguée. Sans oublier une demoiselle gothique. Ces personnalités étant très éloignées de la mienne, je me suis systématiquement renseignée pour être pertinente en plateau.

5/ Avez-vous d’ailleurs été plus particulièrement marquée par une expérience artistique plutôt qu’une autre ? Le cas échéant, quelles en étaient les principales raisons ?

Etant moi-même en perpétuel mouvement, je suis très curieuse. J’aime découvrir et observer l’art en général. Mes déclics sont souvent liés à des coups de cœur pour d’autres artistes, m’incitant, face à cette capacité constatée de l’âme humaine, à développer mes propres projets.

Je me nourris davantage de la réalité de tous les jours que de références artistiques passées. Disons Iñárritu pour sa sensibilté, X.Dolan pour son culot et sa force, Bunuel pour sa folie, Tim Burton pour son univers, M. Scorsese pour sa mise en scène.

6/ De façon plus générale, quels sont vos projets et vos envies artistiques du moment ?

J’ai l’envie forte de persévérer dans l’écriture et la réalisation. Effectuer des clips et publicités m’aiderait à m’enrichir un peu plus encore, au contact des équipes artistiques, dans le cadre d’un travail très intensif.

Ayant le souhait de faire mille choses, j’ai parfois, je dois bien le reconnaitre, du mal à me canaliser. J’aime faire également des expositions ou bien encore des photos painting.

Je suis aussi actuellement en postproduction de deux courts métrages produits par Yohann Zveig au travers de Boburst Productions.

En parallèle, j’ai récemment été choisie pour être l’une des trois égéries de la marque de lingerie féminine Bestform. Plusieurs clips promotionnels ont ainsi été tournés sur Paris il y a quelques semaines, avec des scénarii cocasses, nous baladant en tenue légère dans les rues de la capitale.

Les orientations et les chemins pris sont en fonction, comme je vous l’expliquais, d’envies et de découvertes de l’instant présent.

7/ Quelles sont vos principales sources d’inspiration pour l’écriture de scénarii ?

C’est une très bonne question. En effet, ma dernière écriture est, si je peux le dire ainsi, un ovni à la fois musical et de fiction. Je travaille en fait sur un court-métrage composé, en partie, de clips. C’est un exercice de style très singulier.

Le travail sur les voix off étant important, je me suis pour cela beaucoup inspirée d’écrits de Claire Castillon, dont l’univers rock, déjanté, sexué et ironique m’attire beaucoup. Ainsi que de travaux de Delphine de Vigan, qui possède une écriture plus soutenue et plus raffinée.

Le mélange des deux styles découle d’une sorte d’écriture automatique de plusieurs parties de leurs ouvrages.

8/ Pour finir, qu’auriez-vous envie de dire aux lecteurs du blog pour les encourager à suivre votre parcours et votre actualité ?

Je souhaite surtout vous dire que tout est possible, si l’on fait les choses avec envie, conviction et générosité. Le travail paie toujours ! Il faut y croire.

N’ayez pas peur, proposez, innovez, créez et foncez !

Un grand merci Sarah-Laure pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article