Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Le comédien Raphaël Hidrot nous dévoile son actualité et ses projets !

5 Octobre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Crédit photo : Céline Bliss
Crédit photo : Céline Bliss

Bonjour Raphael,

Quel plaisir d’effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Quelques mois après la fin des représentations, au théâtre Clavel, de la pièce « Émotionnellement restreint », quels souvenirs gardez-vous de cette belle expérience ?

Cette aventure n’est peut-être pas terminée car la pièce pourrait reprendre en 2016. L’équipe de production recherche actuellement un théâtre dans cette optique. Je suis plutôt confiant, à en juger par le succès qu’avaient connu les représentations précédentes.

Ce fut réellement une superbe expérience. Les rencontres furent riches et intéressantes. Ma nouvelle collaboration avec les metteurs en scène Stéphane et Christophe Botti fut, une fois encore, très agréable.

Cette comédie est en fait une pièce québécoise écrite par Side et ce fut, à titre personnel, l’opportunité de découvrir une autre forme d’humour, d’ailleurs très drôle.

Ce fut une jolie aventure humaine et artistique. Le public a répondu présent et nous en sommes très heureux.

2/ Revenons quelques instants sur ces derniers moments avant de monter sur scène, lorsque le rideau est certes encore fermé mais que vous entendez le public. Comment vous sentez-vous alors ? Animé par l’excitation de retrouver les spectateurs ? Ou anxieux d’être sur les planches ?

C’est, je crois, un mélange des différents sentiments évoqués. Nous avons tous une manière différente de nous concentrer.

Concernant la pièce précédemment évoquée, nous nous entendions très bien. Aussi, nous avions tendance à échanger entre nous quelques blagues et à rire pour essayer d’évacuer le stress. Cette méthodologie me convient tout à fait. J’ai en effet connu d’autres contextes où je restais dans ma loge. L’angoisse survenait alors plus facilement.

L’excitation ressentie est importante car une représentation théâtrale est assimilable à un saut dans le vide. Le texte, le rythme et l’énergie doivent être infaillibles pendant une heure trente environ. Nous n’avons alors pas le droit à l’erreur. Contrairement au cinéma ou à la télévision.

Pour cela, il est nécessaire de faire abstraction des évènements plus personnels survenus au cours de la journée. Cet état d’oubli et ce sentiment d’être quelqu’un d’autre pendant le spectacle est, je trouve, très appréciable.

L’adrénaline et la peur ressenties expliquent aussi pourquoi le théâtre est un art si passionnant, qui en devient presque une drogue. A peine une représentation terminée, je me languis déjà de la suivante.

3/ Votre CV met en avant aussi les autres cordes de votre arc artistique, au travers notamment de la télévision, du cinéma ou bien encore de la publicité. Quelle complémentarité retrouvez-vous entre ces différents exercices ?

La caméra, l’appareil photos et les yeux des spectateurs sont tous liés. La mise en danger de notre image, par rapport aux chois faits, est permanente.

Cette diversité rythme aussi chaque journée différemment de la précédente. J’aime passer, du jour au lendemain, d’une répétition à un tournage tout en sachant que, la semaine suivante, des photos sont déjà programmées.

Ces différentes casquettes permettent aussi de rencontrer des gens d’univers et d’horizons différents, ce qui est toujours enrichissant.

4/ Le rythme de tournage est généralement très soutenu sur les plateaux. A ce titre, quelle est votre méthodologie de travail ? Comment vous préparez-vous en amont ?

La maitrise de son texte est un élément clé, qui permet de se concentrer sur l’énergie et l’humeur du personnage. Pour être efficace au moment de l’action.

J’aime travailler mes textes et mon personnage en fin de journée, une fois la famille couchée et la vie plus calme. Je peux alors imaginer et inventer plus sereinement.

La connaissance et les affinités avec les partenaires aident aussi à se projeter efficacement, facilitant d’autant le travail.

5/ Vous interprétez actuellement le personnage de Monsieur Ern dans le film de Terry Misseraoui « La maison au bord des larmes ». Pouvez-vous déjà nous en dire davantage sur ce beau projet ?

Terry envisage en fait la réalisation d’un long-métrage. Dans ce cadre, le tournage effectué est à lier à une version raccourcie de l’œuvre, demandée par la société de production, pour ensuite trouver des financements complémentaires. Quarante minutes ont ainsi été proposées.

C’est un film d’époque, se déroulant après la seconde guerre mondiale. Ce projet m’intéresse car il diffère fortement de mes autres expériences. J’ai notamment dû me laisser pousser la moustache.

L’excitation, si le format court plait, de renouveler l’expérience sur un long-métrage cette fois est forte.

6/ De façon plus générale, quels sont vos envies et vos autres projets artistiques actuels ?

Je partirai, au mois de décembre, effectuer une tournée sur l’Ile de la Réunion. Une trentaine de dates du spectacle « Black Christmas », destiné au jeune public, sont déjà prévues.

Ces spectateurs si particuliers sont très sincères et nous nous devons de leur donner envie, plus grands, de continuer à aller voir des spectacles. C’est aussi l’une de mes motivations à participer à cette aventure.

Nous alternerons les grandes salles, notamment à Saint-Denis avec les interventions directement dans des salles des fêtes ou des écoles. Typiquement, il existe, dans les montagnes de l’île, des regroupements scolaires d’une cinquantaine d’élèves n’ayant peut-être jamais vu de spectacle. Nous avons tous hâte d’y être !

Je suis actuellement aussi en répétition d’une autre pièce, écrite par Françoise Levesque et Benjamin Castaneda, que nous espérons présenter au public en 2016. Cette comédie, qui devrait s’appeler «Dis-moi que je rêve », est actuellement en démarchage d’un théâtre et serait pour moi l’opportunité de travailler à nouveau avec Benjamin.

7/ Pour conclure, qu’avez-vous envie de dire aux lecteurs du blog pour les encourager à suivre votre parcours ?

J’aime la diversité de mon métier. Ce serait ainsi l’occasion, pour vous, de me retrouver dans des exercices artistiques différents, de la comédie à des spectacles plus sombres.

Je serais aussi ravi d’échanger avec vous à l’issue de la représentation.

Merci Raphael pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article