Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

La comédienne Fabienne Tendille évoque pour nous son actualité et ses projets !

22 Septembre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

La comédienne Fabienne Tendille évoque pour nous son actualité et ses projets !

Bonjour Fabienne,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

1/ Vous êtes actuellement à l’affiche, à la Grande Comédie, de la pièce « Familles (re)composées » aux côtés notamment de son auteur, Alil Vardar. Quelle en est le contenu? Quelles sont les principales caractéristiques de votre personnage ?

L’histoire met en avant Marie et Jean-Claude, un couple divorcé depuis trois ans, avec un enfant en commun. Chacun a, depuis, refait sa vie. Mais ils continuent bien sur de se fréquenter pour régler les questions du quotidien concernant leur enfant

Sans tout dévoiler, j’interprète Michelle, la nouvelle compagne de Marie. Mon personnage a envie de révéler cette relation pour pouvoir vivre son amour au grand jour. Marie, quant à elle, souhaite garder secret cet idylle, par peur de la réaction de son ex-mari et craignant que celui-ci ne lui enlève la donation de l’appartement qu’il est censée lui faire. La pièce se déroule donc sur ce fil tendu.

Concernant l’interprétation de mon personnage, j’ai souhaité éviter de tomber dans le cliché d’une lesbienne enragée contre les hommes. Pour aborder le rôle, il a fallu ne pas tomber dans la caricature et simplement jouer une femme amoureuse d’une autre femme.

2/ La distribution est alternante. A ce titre, cela implique-t-il des adaptations artistiques particulières, en fonction des comédiens sur scène avec vous ?

Nous essayons de garder des équipes fixes. Pour autant, des chassés-croisés peuvent avoir lieu selon les emplois du temps et les projets de chacun. Aussi, des adaptations sont nécessaires.

Pour autant, Alil Vardar met un point d’honneur à ce que les interprétations soient faites proprement par chacun, même si nous sommes parfois sur un autre style de jeu et que nous jouons différemment. Des points de repères fixes existent dans la pièce et nous aident à cela.

Nous permettant de ne pas être déstabilisés et donc de continuer à nous amuser en permanence !

3/ Cette pièce, tout en rebondissements et quiproquos, fonctionne très bien. Quelles en sont, selon vous, les principales clés artistiques ?

Elle est avant tout très bien écrite, à laquelle l’on peut ajouter un réel travail de jeu propre à la comédie. C’est une technique précise à laquelle nous nous soumettons et qui fait ses preuves. Nous nous amusons aussi beaucoup sur le plateau et une grande complicité se ressent entre nous. Le public ressent cet amusement et s’amuse aussi

Ajoutons que le sujet est très actuel et très moderne, malgré une popularité dans l’écriture. L’évolution des mentalités y est transcrite, au sens où nous n’avons plus forcément qu’un seul amour dans nos vies respectives. Et on tombe sous le charme avant tout d’une personne avant de tomber amoureux d’un sexe. Faire partie de cette aventure et défendre cette thématique me tient particulièrement à cœur.

4/ En parallèle, vous allez reprendre, au théâtre « Les blancs manteaux », la pièce «Superstichieuses». Pouvez-vous nous en présenter la thématique ? Quelle est l’histoire racontée par la pièce ?

Les relations hommes-femmes y sont là aussi présentées, mais dans un registre bien différent. Présentant l’archétype masculin qui aime les femmes et qui a l’habitude d’en inviter régulièrement chez lui.

En train justement de préparer l’une de ces soirées dont il a le secret, le personnage principal voit alors débarquer la caissière du Monoprix situé en bas de chez lui. Car elle est persuadée qu’il est l’amour de sa vie. Le rdv attendu arrivant peu de temps après, les deux femmes se confrontent mais finalement se liguent contre lui.

De nombreuses surprises sont aussi à découvrir sur la relation entre les personnages féminins, qui sont très intéressantes.

Les représentations ont lieu à 21h les jeudis, vendredis et samedis. J’aurai la chance de participer à cette belle aventure à partir de début octobre jusqu’à fin décembre au moins. Avec, à mes côtés, Antoine Bernard et Sheraze Said.

5/ A l’affiche depuis plusieurs semaines, vous reprenez un rôle déjà bien ancré. A ce titre, quelle attitude avez-vous adopté ? Avez-vous dupliqué ce qui existait jusqu’à lors ou amenez-vous quelques petites touches personnelles ?

J’y interprète une « bourge » très truculente. Elle a confiance en elle, est quelque peu folle et toujours « borderline ». On peut même se demander si elle ne va pas tomber dans l’hystérie.

La comédienne Julie Schotsmans, première interprête du rôle, a fait un travail excellent, trouvant cette sorte de folie tout en restant très droite, avec parfois le ton parfois sec et percutant que le personnage demande. Maroussia Henrich, qui a interpretée le rôle cet été à garder ces éléments dans son jeu. Quand on reprend un rôle, on veut rester fidèle à la manière dont il a été crée tout en y apportant sa propre couleur, et c’est toujours une approche riche et intéressante.

6/ Revenons sur ces derniers instants avant de monter sur scène, lorsque le rideau est encore fermé mais que l’on entend le bruit de la salle. Quel est alors le sentiment principal en vous : l’excitation de retrouver le public ? Ou le stress, bien compréhensible, d’avant représentation ?

Je ressens un mélange simultané des deux ! L’excitation est liée au plaisir que j’ai d’exercer un métier qui me plait.

Je suis aussi une personne très stressée, aussi j’essaie de me faire confiance en me rappelant que les répétitions et le travail en amont vont m’aider à effectuer une belle représentation. Mon petit rituel : me frotter contre une feuille de bananier et me parfumer d’huiles essentielles (rires)

7/ Dans un autre registre, vous écrivez actuellement un one-woman show, qui mélange stand up et sketch de situations. Pouvez-vous déjà nous en dire plus ?

Ce beau projet, très personnel, n’est pas encore finalisé. J’espère pouvoir l’aboutir en janvier de l’année prochaine. Il me reste encore une quinzaine de minutes à parfaire. Notamment en ce qui concerne les transitions.

Ce spectacle me tient réellement à cœur car il me représente et caractérise vraiment toute ma folie intérieure. Je suis d’ailleurs fan de l’humour absurde.

Etant également musicienne, j’ai également pu intégrer de multiples chansons composées au ukulélé. Bref, j’y présente une galerie de personnages et de thèmes dont j’ai envie de parler, avec de la folie et de l’absurde.

Les deux show cases effectués cette année, en mars et en juin, se sont extrêmement bien passés. J’y ai pris un plaisir énorme, me confortant dans ma volonté d’aboutir ce projet.

8/ Quelles sont vos sources d’inspiration pour l’écriture ? De façon plus générale, quand aimeriez-vous pouvoir le présenter sur scène ?

Ces idées me viennent de thèmes que j’aime. J’adore parler des femmes car je suis fière d’en être une. Il me plait aussi d’évoquer des sujets aussi variés que l’amour, le corps féminin, ma maman, la musique, l’astronomie ou bien encore le métier de comédienne.

D’ailleurs, mon personnage de comédienne existe déjà au travers de trois ou quatre sketchs. Elle est persuadée, à tort, d’être immensément connue. Sa conviction d’être la reine du monde la rend complètement lunatique, se mettant elle même dans des situations improbables. Mais elle est en même temps très attachante car très simple, ne voulant pas écraser les autres.

Je ne travaille pas seule, Antoine Bernard que j’ai cité plus haut co écrit le spectacle avec moi. Nous aimons beaucoup travailler ensemble et nos créativités se complètent. Au delà de l’effet ping pong nourricier que cela apporte, il arrive a cerner parfaitement ce que j’essaye de dire de manière percutante et toujours originale

Aussi, les différents thèmes du spectacle me ressemblent, sans forcément m’obliger à parler précisément de ma vie. Je parle en fait de moi-même au travers d’un large panel de sujets et de personnages.

9/ Pour finir, qu’avez-vous envie de dire aux lecteurs de cette interview pour les inciter, si ce n’est pas déjà fait, à venir vous voir sur scène, dans l’un des projets mis en avant ?

N’hésitez pas à venir voir les pièces évoquées. Elles sont modernes et actuelles. Les deux parlent d’homosexualité, de manière légère et sans vulgarité. Vous passerez un bon moment !

Ce fut un plaisir, Fabienne, d’effectuer cet entretien en votre compagnie !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article