Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Elsa Morizot, comédienne, évoque pour nous son actualité et ses projets artistiques !

22 Septembre 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

Elsa Morizot, comédienne, évoque pour nous son actualité et ses projets artistiques !

Bonjour Elsa,

Quel plaisir d’effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous avez, au mois de juillet denier, fait partie de la distribution de la pièce « Cyrano de Bergerac » au Vingtième théâtre. Quels souvenirs en gardez-vous ?

J’en garde un très bon souvenir ! L’équipe du Vingtième théâtre nous a très bien accueillis. Nous avions en plus la chance d’être le seul spectacle alors en représentation, augmentant d’autant la disponibilité de l’équipe technique pour notre troupe. Nous nous sommes réellement installés, un mois durant, dans ce bel endroit.

L’expérience artistique fut superbe, le rôle de Roxane est très agréable à travailler ainsi qu’à jouer. L’œuvre est très belle, ce fut un réel plaisir de l’interpréter.

En commençant l’aventure « Cyrano de Bergerac » en début d’année, je ne vous cache pas avoir eu de l’appréhension, ayant peur de ne pas être à la hauteur de ce magnifique texte. Mais très vite la fierté d’interpréter un tel rôle s’est ajoutée puis, deux mois après le début des répétitions, l’impatience des premières représentations s’est alors ressentie.

2/ La distribution est alternante. Aussi, en fonction des comédiens présents sur scène, des adaptations artistiques ont-elles été nécessaires ?

Même si nous avions tous répété de la même manière, des différences sont naturellement apparues. Je suis certes restée, avec Amélie - la comédienne en alternance sur mon rôle, dans les mêmes marques de mise en scène. Mais nous avons été très différentes pour les autres aspects artistiques.

Ce fut en fait le cas pour les trois rôles en alternance. Typiquement, j’ai eu l’opportunité d’avoir face à moi deux interprètes différents du personnage de Christian et j’ai pu constater que chacun des comédiens a réagi différemment, corporellement notamment. Pour autant, cela n’a pas bouleversé le jeu des autres participants. L’adaptation a été facile, les marques restant identiques.

L’alternance permet d’éviter une certaine routine, nous étions obligés d’avoir une vigilance encore plus importante, ce qui est très enrichissant !

3/ Aimeriez-vous reprendre une nouvelle fois cette pièce, à Paris ou en tournée provinciale?

C’est un désir commun à la troupe. Bien que certains aient, en parallèle, d’autres projets qui les empêcheraient peut-être de poursuivre l’aventure.

Nous avons effectué une vingtaine de représentations et nous aimerions aller encore plus loin. Rejouer sur Paris serait vraiment formidable. Quant à la tournée, des démarchages ont été entamés dans ce sens. Pour autant, le nombre important de comédiens, huit en l’occurrence, ainsi que l’ampleur des décors et des costumes rendent l’organisation et le financement de dates provinciales plus compliqués.

4/ De façon plus générale, vous possédez déjà plusieurs expériences théâtrales. Notamment dans « Il y a foutrement longtemps » ou bien encore, plus récemment, « La putain respectueuse ». Qu’aimez-vous dans cet art si attachant ?

Chaque soir est différent. Les réactions changeantes, d’une représentation à la suivante, du public et des autres comédiens sont magiques.

Ajoutons l’intérêt pour la longue préparation en amont, que ce soient les répétitions mais aussi les mises en place, les tests sons et lumières ainsi que les essayages des costumes. Sans oublier bien sûr l’atmosphère si particulière du théâtre.

Comment vous est venue l’envie de devenir comédienne ?

Mon papa a été comédien et ma famille travaille dans différents domaines artistiques. Du coup, j’ai été baignée très tôt dans ce milieu. L’envie m’est donc venue très jeune.

Le choix de l’option théâtre au lycée n’a fait que renforcer ce souhait. Avant d’intégrer une école de théâtre à l’issue de mon baccalauréat.

5/ Un spectacle en particulier vous a-t-il plus marqué que les autres ? Le cas échéant, pour quelles raisons ?

J’ai eu la chance, à l’âge de 19 ans, de travailler, pour mon premier spectacle professionnel, aux côtés notamment de Robert Hossein. Pour « Ben-Hur » au Stade de France. J’en garde un souvenir mémorable, accompagnée par trois cents autres comédiens et près de deux cents membres de l’équipe technique, dans ce lieu grandiose.

Mes représentations de « Antigone » d’Anouilh furent de très bons moments également, de part la beauté de la pièce et de son texte. Mais aussi parce que le personnage est très fort à interpréter. Grâce notamment à ma collaboration avec le metteur en scène Frédéric Desbordes, ce rôle m’a particulièrement marqué.

Tout comme celui de Lizzie dans « La putain respectueuse » ou bien encore Roxane dans « Cyrano de Bergerac ». Ils sont superbes à travailler et merveilleux à interpréter

6/ Revenons quelques instants à ces derniers moments avant de monter sur scène, alors que le rideau est encore fermé mais que vous entendez déjà le bruit de la salle. Quel sentiment prédomine alors ? La joie et le plaisir d’aller retrouver le public ou, au contraire, l’inquiétude et l’angoisse d’avant spectacle ?

Il y a, je crois, un mélange des deux. L’excitation est à lier à la joie de retrouver la scène, pour passer encore une à deux heures très agréables, complétées des réactions changeantes du public et des comédiens, comme je vous l’expliquais précédemment, comparativement à la veille.

L’appréhension vient de l’incertitude face au jugement et justement aux réactions des spectateurs. Je suis sur scène depuis près de dix ans maintenant et ce sentiment reste inchangé. La peur au ventre est toujours présente.

J’apprécie arriver tôt en amont de la représentation. C’est alors l’occasion, pour la troupe, de se retrouver avant de se coiffer et se maquiller. Créant alors un moment de détente bien agréable avant de monter sur scène. Ce n’est par contre pas systématiquement faisable selon le nombre de spectacles à l’affiche.

7/ Quels sont vos projets et vos envies artistiques du moment ? Aimeriez-vous vous tourner vers d’autres arts, tels la télévision ou le cinéma ?

Il est vrai que j’ai eu l’opportunité de participer à de nombreuses aventures théâtrales. Notamment au travers de la troupe créée avec quelques camarades de promotion. Les contacts y sont donc plus faciles.

Je vais d’ailleurs jouer « Les bonnes » de Jean Genet, en mars 2016 au théâtre Les 50, à Saint-Jean de Gonville. Une autre date est programmée, en juin l’année prochaine, à Fort-L’Ecluse, en extérieur, dans ce magnifique lieu.

Pour autant, j’aimerais faire de la télévision et du cinéma. N’ayant pas d’agent, il m’est cependant plus compliqué d’avoir accès aux castings associés. Toutefois, l’envie d’y effectuer quelques expériences est particulièrement grandissante depuis le début de l’année. Découvrir l’envers du décor et le fonctionnement d’un plateau de tournage m’attire de plus en plus.

8/ Pour finir, que souhaiteriez-vous dire aux lecteurs du blog pour les encourager à suivre votre parcours ?

Je vous incite à continuer à aller au théâtre et au cinéma ! Je vous invite aussi à suivre ma compagnie, « Les dix sous de l’heure », avec laquelle plusieurs dates de tournée sont actuellement en discussion. Nous aimerions aussi beaucoup faire un spectacle pour enfants l’année prochaine.

Merci aussi pour votre soutien et votre fidélité !

Merci beaucoup Elsa de nous avoir accordé quelques instants !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article