Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

La comédienne Claire Gérard nous dévoile son actualité et ses projets !

2 Juillet 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

La comédienne Claire Gérard nous dévoile son actualité et ses projets !

Bonjour Claire,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog !

1/ Vous êtes actuellement à l’affiche, et tout le mois de Juillet à la Grande Comédie, de la pièce à succès « Le Clan des divorcées », où vous y interprétez le personnage de Stéphanie d’Humilly de Malanpry. Pour commencer, pourriez-vous nous raconter le contenu de la pièce et nous présenter votre personnage ?

L’histoire en est très simple. Stéphanie d’Humily de Malanpry a vécu pendant cinq ans avec un berger, en Ardèche, rompant ainsi avec ses valeurs familiales, avant malheureusement de divorcer. Elle revient alors sur Paris, sans un sous en poche. Elle doit donc absolument trouver des colocataires.

Deux personnes radicalement opposées la rejoignent alors. D’un côté, Brigitte, rurale, venant de Tarbes, avec un physique pas réellement à son avantage. De l’autre, Mary Bybowl, une « bimbo » anglaise, très délurée et sexy, beaucoup plus libérée.

Comment ses trois femmes, très différentes et qui ne se connaissent pas au départ, vont-elles réussir à s’apprécier et à cohabiter ? C'est vraiment le sujet de la pièce, c'est une histoire d'amitié. Cette pièce, très drôle à jouer et très agréable, traite aussi bien sûr de la féminité. Toutes les femmes peuvent au moins se reconnaître dans l’une des trois : Brigitte la maman, Stéphanie l’épouse et Mary l’aguicheuse. On pourrait presque les mélanger pour en faire une femme « idéale »!

2/ Cette pièce est un véritable succès depuis de nombreuses années, avec plus de trois millions de spectateurs. Quelles sont, selon vous, les principales clés artistiques de cette réussite ?

L’écriture y est pour beaucoup. La pièce est écrite de telle sorte que les gens rient toutes les 10-20 secondes ! Et puis elle traite d'un sujet universel. Comment se reconstruire après un divorce?

Cela touche beaucoup de gens. Il y a aussi le fait que la complicité et l'humour entre ces trois femmes sont telles que l'on a envie de faire partie de leur histoire, de partager leur amitié. Car tout le monde a envie de sortir de sa solitude et vivre des moments de rire ou de tendresse très forts.

3/ A titre plus personnel, quels sentiments éprouvez-vous à participer à une telle réussite théâtrale ?

J’en suis très fière. Ayant rejoint l’équipe au début de cette belle aventure, j’ai déjà joué cette pièce plus de 1 500 fois et à la demande d'Alil Vardar, formé de nombreux comédiens de la troupe.

Cela me fait réellement très plaisir. J’ai aussi beaucoup appris avec cette pièce. Après une longue expérience en café-théâtre, il m’a fallu, au début, me débarrasser de mes tics pour incarner davantage la comédie de boulevard. Qui génère une technique de travail différente.

Je me suis aussi très vite bien entendue notamment avec Alil Vardar, car nous avons tous deux, le même perfectionnisme. Ce genre de pièce nécessite une grande précision au niveau du rythme, des intentions de jeu. Et nous sommes avec Alil extrêmement exigeants sur ces questions là. Ça a été une grande satisfaction de voir évoluer la pièce depuis la Comédie République jusqu'au Palace, en passant par la Grande Comédie. Nous avons aussi fait de très belles dates de tournée partout en France et à l'étranger. J'ai été très heureuse aussi de tourner la série tv du Clan, qui a été diffusée sur Comédie en 2012.

4/ Après autant de représentations, arrivez-vous encore à vous surprendre, entre comédiens, au travers des évolutions, adaptations et éventuelles improvisations du contenu?

Nous faisons très peu d’improvisation, Alil préférant que nous conservions le texte prédéfini. Toutefois, il arrive ponctuellement que nous proposions des clins d’œil à l’actualité.

De façon générale, nombreux sont les comédiens à revenir jouer la pièce après un intermède pour d’autres aventures. Comme ce fut le cas, me concernant, après deux années à jouer « Le Dalai … et moi ». J’ai pu, à mon retour, mettre mon enrichissement artistique de cet autre spectacle au service du « Clan des divorcées ».

Cette pièce est un peu comme un bébé avec lequel nous grandissons. Ce qui est génial !

L’esprit de troupe est très appréciable également. Nous nous apportons tous mutuellement et nous nous adaptons les uns aux autres. Nous restons donc ouverts. C’est pour cette raison notamment que je ne me lasse pas de jouer cette pièce, bien au contraire. Cela nous permet, au travers des alternances, de découvrir des personnalités différentes ainsi que des façons variantes d’aborder les rôles. L’apport de chacun aide au succès de la pièce, tout en gardant une structure très établie.

5/ En parallèle, vous venez de jouer, pendant deux mois, aux côtés de Julia Dorval, à l’Alambic, dans « Une mémoire d’éléphant dans un magasin de porcelaine ». Quels souvenirs gardez-vous de cette expérience ?

Ce fut une très chouette expérience. J’avais déjà joué cette pièce, avec une autre comédienne, dans une précédente version. J’aime beaucoup cette œuvre, car elle est originale et parle de thèmes très intéressants. Comme les problèmes de mémoire, ou bien encore les tocs. Aussi, j’interprétais une psychorigide ayant de nombreux troubles obsessionnels du comportement.

La pièce raconte l’histoire de deux femmes qui se retrouvent régulièrement dans la salle d’attente de leur psy commun. L’une, complètement extravertie, avec un vrai problème de mémoire immédiate. L’autre, j’en parlais, très rigide, avec de nombreux tocs. Ces deux femmes sont donc complètement opposées, entraînant une relation explosive entre elles au début. Mais, petit à petit, l’une apprend beaucoup à l’autre.

6/ Votre riche actualité vous emmène aussi en tournée avec « Le Dalai … et moi ». Quel en est le contenu ? Quelles sont les principales caractéristiques de votre personnage ?

C’est une aventure incroyable ! Je suis en tournée avec ce spectacle depuis plus de deux ans. J’y raconte l’histoire vraie de Sophie Forte, ancienne chronique de Laurent Ruquier et de Christine Bravo. Après de nombreuses années à la télévision, elle a vécu un moment plus difficile, proche de la crise existentielle.

Un jour un conseiller d’agence de voyages lui suggère, du fait de son état, d’effectuer une quête spirituelle. Sophie part alors pour un trek de deux semaines au nord de l'Himalaya. Au travers des huit heures de marche chaque jour, elle se dépasse physiquement. Sans oublier, comme à son habitude, de vivre des moments hallucinants. Sophie voyage beaucoup et à chaque fois il lui arrive des trucs incroyables, un peu à la Pierre Richard.

A son retour, de nombreux amis lui suggèrent de faire de cette aventure une pièce, tellement le récit qu’elle en donne est excessivement drôle. Elle rassemble donc ses notes et photos et écrit la pièce. Quelques années plus tard, elle ressort cette pièce d'un tiroir et me la propose, c'est le coup de foudre immédiat !

Le personnage est agréable à jouer car il est très nature. Il est aussi intéressant d’interpréter quelqu’un qui va au bout de ses limites, puisqu’il en découle systématiquement une sorte de lâcher-prise. C’est un spectacle à la fois profond et léger. A l’image de l’écriture de Sophie qui oscille entre la futilité et l’essentiel. Alternant des scènes très drôles, ou des moments de contemplation intense, d’autres nettement plus tragiques pour elle.

D’ailleurs, le comique provient de l’aspect tragique quand Sophie craque et qu’elle n’en peut plus, n’arrivant plus à marcher. D’autant plus qu’elle se retrouve dans un groupe de gens plutôt singuliers, où elle a du mal à s’intégrer.

Ce spectacle, mis en scène par Eric Bouvron, rencontre un beau succès, avec deux années à Avignon ainsi qu’une très agréable tournée. Il est très original de par son sujet mais aussi de par sa forme car je suis accompagnée par Brock, un bruiteur vocal au talent incroyable, qui recréé en direct toutes les ambiances. Je donne au public les images et Brock donne les sons, cela devient de la 3D !

Pour le plus grand plaisir des spectateurs, comme ils peuvent nous le témoigner à la sortie du théâtre. Ils nous disent avoir été complètement embarqués avec nous à près de 5 000 mètres d’altitude et avoir vécu tout le voyage en direct ! Ils sont très émus à chaque fois de cette aventure humaine si riche. C'est un spectacle qui me tient très à cœur et j'espère avoir l’opportunité de le jouer enfin sur Paris un jour !

7/ D’un point de vue purement artistique, comment parvenez-vous à mener de front ces différentes pièces ? L’habitude et la maitrise de chacune des œuvres prennent-elles le dessus. Ou, à l’inverse, avez-vous besoin, à chaque changement, d’un moment d’adaptation, notamment juste avant de monter sur scène ?

Il m’est arrivé, à plusieurs reprises cette année, de jouer les trois spectacles dans la même semaine. Je trouve cela génial, me permettant de passer d’un univers à un autre, et de connaitre des styles artistiques bien différents. Ce qui est très enrichissant.

J’apprécie aussi de voir que les spectateurs réagissent, quelque soit le style. C’est une ouverture totale et très agréable.

8/ De façon plus générale, quels sont vos projets et vos envies artistiques du moment ?

Je prépare actuellement une pièce sur les Dieux de l’Olympe, qui, je l’espère, pourra se concrétiser. C’est une comédie très bien écrite, pour laquelle nous avons déjà fait une première lecture. Ce projet me tient à cœur, le rôle est très différent de ce que j'ai fait jusqu'à présent et la distribution est superbe, avec plusieurs personnes que j’ai déjà pu croiser dans ma carrière.

J'ai également en projet une comédie produite par Alil Varar pour la rentrée

En parallèle, j’essaie de développer un projet de programme court, qui a été écrit pour moi, sur le thème du journalisme. Mais cela prend du temps, comme bien souvent pour ce type de format. L’écriture est drôle, pertinente et intelligente. Avec un concept original. J’espère sincèrement qu’une concrétisation aura lieu.

9/ Pour terminer, que souhaitez-vous dire aux lecteurs du blog pour les encourager à venir vous voir sur scène ?

J’aime mon métier et j’adore faire plaisir aux gens. Vous entendre rire est un sentiment jubilatoire ! J’apprécie les comédiens généreux et j’espère en faire partie, du moins je fais mon maximum pour y parvenir.

Le théâtre est vraiment un art incroyable ! On est en permanence sur le fil et chaque représentation est différente, nourrie des émotions que l’on a vécues dans la journée...

Ce fut un plaisir, Claire, d’effectuer cet entretien en votre compagnie !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article