Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Le comédien Alexis Néret nous présente sa nouvelle pièce de théâtre !

21 Juin 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

Le comédien Alexis Néret nous présente sa nouvelle pièce de théâtre !

Bonjour Alexis,

C’est un plaisir d’effectuer cet entretien en votre compagnie.

1/ Vous serez, du 25 juin au 26 juillet, à l’affiche du Vingtième Théâtre avec la pièce « Cyrano de Bergerac ». Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, pourriez-vous nous en rappeler le contenu ?

C’est en fait l’histoire d’un homme qui est partagé dans sa vie. Son côté très héroïque et très guerrier masque une certaine faiblesse, retranscrite sur son nez. Cyrano fait une fixette sur ce dernier, j’irai même jusqu’à dire une sorte de névrose, se croyant laid alors qu’il ne l’est pas. Au contraire, il est très désiré par la gente féminine.

On peut parler de syndrome de l’artiste maudit. Il veut être admirable en tout et pour tout mais, à l’inverse, il est incapable de prendre dans ses bras une femme et lui dire qu’il l’aime. Cet acte est impensable pour lui.

Il se pense seul, mais il est très entouré notamment par ses amis, par sa cousine Roxane, qui est l’amour de sa vie et par Christian, qui devient presque son frère.

2/ Vous y interprétez le personnage principal. Quelles sont ses principales caractéristiques?

Cyrano de Bergerac est quelqu’un de profondément triste, dans le sens où il est sombre. Il est retenu sur lui-même et s’auto-renferme. Pour parer à cela et connaitre des instants de gloire, il fait des choses qui sont insurmontables pour un individu lambda. C’est alors de l’héroïsme à l’état pur ! Comme par exemple zigouiller tout seul une centaine de personnes.

Il est un mélange de guerrier, de militaire mais aussi de poète. C’est un héros mais qui, comme je vous l’expliquais, n’a pas le courage d’assumer une relation. Il se l’interdit peut-être car ce malheur lui permet de s’élever encore plus. Ajoutons qu’il est bon, juste et éminemment gentil. Typiquement, il se sacrifie pour que Christian et Roxane soient heureux.

Il est admirable mais il a ce poids qui le pèse, qui s’est matérialisé et qui l’a rendu célèbre avec son nez. C’est un jeune garçon qui est mal dans sa peau, comme il le dit dans la pièce. N’ayant pas de sœur, il n’a pas réellement eu précédemment de contact féminin. Expliquant sans doute aussi le fait qu’il soit redoutable en tant que combattant car il n’a connu que la guerre.

3/ Quels sentiments cela procure-t-il de jouer une pièce aussi connue et aussi noble ?

Il s’agira sans doute de l’un des plus beaux moments de ma vie. J’ai eu l’occasion et la chance de jouer de nombreuses pièces, j’en suis à mon quatorzième spectacle, mais je travaille cette œuvre depuis six ans.

J’avais déjà commencé lors de ma formation et ce fut une vraie rencontre. Comme avec Harpagon, dans « L’avare » de Molière. Après cinq années de réflexion et de travail sur le personnage, au-delà de l’envie folle de jouer ce personnage, m’est venu le souhait de monter la pièce. Ce qui a pu se concrétiser grâce à une troupe extraordinaire. Sans oublier bien sûr Christian Bujeau qui a accepté de m’aider à la mise en scène et de nous coacher.

La sensation que je connais actuellement est impalpable. Le simple fait d’en parler avec vous me donne des frissons.

4/ A quelques jours de la première, quel est actuellement le sentiment prédominant : l’excitation d’être au soir de la première ? Ou l’angoisse, bien compréhensible, que l’on peut connaitre avant tout démarrage ?

C’est un mélange de tout cela. Le stress de ne pas être prêt est important. Nous sommes huit sur scène, il faut donc que je fasse confiance à tous les comédiens. Même s’ils sont entrainés et préparés, nous ne sommes pas à l’abri d’un aléa, comme cela peut arriver sur n’importe quelle pièce.

D’un autre côté, arrivant au bout des préparations, il faut à présent se lancer à corps perdu. Le trac va croitre progressivement et lorsque la pièce aura commencé, il sera temps de foncer tête baissée pour régaler le plus possible le public, pour que les gens rêvent, vivent les émotions avec nous et qu’ils soient contents d’être venus.

5/ En parallèle, vous assurez aussi la mise en scène de l’œuvre. Quelles sont les clés pour combiner cette casquette avec celle du comédien ?

Il est nécessaire d’avoir un très bon assistant. Ce qui est mon cas, au travers de Louis Bujeau. Là encore, ce fut avec lui une très belle rencontre et nous avons déjà d’autres projets ensemble. Il m’a énormément aidé.

Ayant beaucoup travaillé mon personnage en amont, j’en avais déjà une idée très définie. Me permettant ainsi de m’attarder sur la mise en scène et sur les autres comédiens.

6/ A ce titre, avez-vous essayé d’apporter un élan différent à l’œuvre ou, à l’inverse, avez-vous la volonté de rester classique et standard ?

Ne serait-ce que pour l’esthétisme général de pièce, j’ai fait moi-même tous les costumes et effectué la scénographie. J’ai essayé d’obtenir un rendu très visuel et graphique. Ma passion pour la peinture m’a aidé pour cela.

Etant respectueux de l’œuvre au plus haut point, j’ai essayé de garder un certain classicisme pour les personnages. Je me suis d’ailleurs attardé sur ces derniers car, bien souvent, cette pièce est montée avec des comédiens plus âgés, pensant qu’ils ont plus d’expérience pour jouer les rôles. Théorie que je ne partage que peu, c’est pourquoi m’accompagnent uniquement de jeunes comédiens. Parce que la pièce en elle-même et les rôles sont jeunes.

Cyrano, par exemple, a vingt-cinq ans au moment de l’histoire et Roxane dix-neuf. J’ai donc voulu rendre visible ce côte dynamique et jeune. La passion, l’euphorie, la guerre et la déchirure traduisent cela. Ces jeunes adultes sont des révoltés, tous avec leurs problèmes respectifs. Ils ont l’envie de faire des choses et ont des règles de vie. La vérité de cet élan de jeunesse a été l’un des moteurs de la mise en scène. En maintenant, comme expliqué, une part de classicisme.

7/ Une fois les dates évoquées jouées, quelles sont les prochaines étapes souhaités pour ce beau projet ? De nouvelles représentations parisiennes ? Une tournée ?

Les deux font parti de nos envies. Une tournée est un moment de partage formidable, c’est une expérience unique dans une vie. Les dates parisiennes, quant à elles, sont aussi l’occasion de permettre la venue de directeurs de théâtre.

8/ Pour conclure, qu’auriez-vous envie de dire aux fidèles lecteurs du blog pour les encourager à venir vous voir sur scène ?

J’imagine que beaucoup de monde connait l’œuvre, pour l’avoir déjà vue en film ou au théâtre. Mais je crois que cette pièce peut être vue et revue sans lasser. Surtout, si le pari de vous faire venir est réussi, vous serez alors transportés avec nous.

Ce rapport au public se poursuit à l’issue de la représentation, où nous sommes disponibles pour échanger et aller prendre un verre tous ensemble.

Un grand merci Alexis pour cet agréable échange.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Émilie 01/08/2015 01:13

Je vous aime tous depui bb je vous regarde mai il a quelque chausse qui ma stristemant fait mal de de faire croire a tous que janne es enciente et pui quel le paire vite comme sa sais vrais que helene doit este avec nicolat mais vous avez avec le temp on sais a bituer a janne et je veux con fasse croire que on fete el ete encinte des jumaux et que a perdu juste un et que l'hopital sais trompee ces tous pitier fette sa pour tous gens qui vous regardes svp et nico jane laly cricri d'amour benedite jose alor toi tes mon petit foufou. olga jimy helene je vous aime et janne a vous je me remet bien car je vais bientot mourire et j aimerait vous voir une foi aven voi la jtm fore janne et tracas pas j aime les mec et pas les fillie mais quan je te voi je tien le coup car je me voie en toi pas quand tu joue mais en toi meme dans tes syeux on peux re sentire je sais pas comment mais je le sans deso pour tout les fautes mai sais un tactil et je ces pas encore bien m'en servie merci de bien me envoyer un sms sur mon gsm 0496/05/95/14 je m apel emilie mais mon sur non ces kitty j ai 25ans merci de bien mon frire cette chence de vous avoir aux telephone aven le jour a prenche il dir qui peux me reste 1 ou 4 ans ou 1cemaine au un jour je sais pas mais prometer moi une chause ma laisser pas partir sans avoir pasqe quelque jour avec vous tous mais je vous dite pas sa juste parxe que voi la je veux sa vien de vous pitier de votre coeur avous tous pitier janne
Geissen emilie kitty 0496059514 je vous aime tous et j zspere que je me suis pas trompe site et que vous allez le lire appellez moi pitier.kitty