Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Le comédien Philippe Cheytion évoque son parcours et ses projets !

23 Mai 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Le comédien Philippe Cheytion évoque son parcours et ses projets !

Bonjour Philippe,

Quel plaisir d’effectuer cet entretien en votre compagnie !

Croyez bien que je partage amplement le plaisir de votre retour de téléspectateur assidu qui est, en ce qui me concerne, suffisamment rare pour que je l’apprécie à sa juste valeur. Merci, donc, à vous pour l’intérêt que vous avez porté à mon travail de comédien.

1/ Vous avez participé, sur TMC, à la série à succès « Les Mystères de l’Amour ». Quels souvenirs gardez-vous de cette expérience ?

J’en conserve un excellent souvenir. Le réalisateur, Dan Occo, est quelqu’un de très sympathique et l’équipe s’est avérée à son image : chaleureuse et extrêmement efficace. En bref, le tournage s’est déroulé dans les meilleures conditions et dans une excellente ambiance.

Le décor de la cellule de prison, dans laquelle se déroulait l’action, a fait l’objet d’un très beau travail de «reconstitution» de la part de toute l’équipe de décoration. D’ailleurs, celle-ci s’est beaucoup amusée à recréer ce décor et a, même, poussé le «vice» jusqu’à peindre quelques tags scabreux ainsi que quelques graffitis sordides pour renforcer le côté lugubre et glauque de ce lieu.

Pour finir, c’était la première fois que je tournais dans ce lieu qui faisait office, dans le passé, de décor au tournage de toutes les scènes de commissariat de la série « Navarro ». D’ailleurs, je dois avouer que cela m’a fait quelque chose de l’apprendre et de m’imaginer Roger Hanin hanter de sa haute stature et du poids colossal de son talent cet endroit improbable et singulier d’une ville de banlieue parisienne. J’ai déambulé dans ce studio désaffecté comme je l’aurai fait dans un musée.

2/ Le rythme de tournage sur la série est généralement très soutenu. Justement, quelle est, dans pareille situation, votre méthodologie de travail en amont du plateau ?

J’ai beaucoup tourné, récemment, dans pareille situation, où il nous faut être efficace de suite. Que ce soit avec AB Productions il y a quelques années, ou, plus récemment, avec TF1 Productions, Serenity Prod., La Concepteria, JLA Prod., 909 Prod., Telfrance, …

J’ai, donc, participé à tous ces formats de productions audiovisuelles, appelés script-reality, qui se tournent extrêmement vite et qui retranscrivent sous un format d’une vingtaine de minutes des évènements, ou des histoires, qui se sont réellement passés. D’ailleurs, j’ai comme l’impression que mon physique un peu «passe-partout» est plutôt un atout pour participer à ces programmes.

Hors cette considération subjective, en tant qu’acteur, je «fonctionne» comme un moteur diésel : j’ai, toujours, besoin d’un «petit» temps de chauffe avant de pouvoir me lâcher. Autant dire que la première séquence à tourner est souvent synonyme de trac pour moi. Ceci étant, le rire et l’humour, hors plateau, me servent beaucoup pour me tranquilliser et me libérer petit à petit.

Dans la mesure où je n’avais là, pour cette série, qu’une seule scène à tourner, je suis, donc, arrivé avec cette «tension» habituelle avec laquelle j’ai composé très rapidement. A ce sujet, j’ai profité de ma «promenade méditative» dans le décor vide et nu du commissariat de Navarro pour effectuer, très tranquillement, quelques exercices de respiration afin de finir de me relaxer.

Je me suis, enfin, servi du fait de commencer ma séquence par un plan sur lequel je n’étais qu’en amorce de caméra pour achever de me préparer mentalement et me concentrer sur ma scène.

Ceci fait, je retournerai, bien évidemment, avec grand plaisir dans cette série même si je suis loin d’ignorer que la « vie» de mon personnage n’était liée qu’à un seul et unique épisode.

3/ Votre CV met en avant de nombreux rôles dans des séries françaises, au travers de participations ponctuelles. En tant que comédien, quelles sont les principales clés pour parvenir à être efficace dans ces rôles-ci ?

Etre efficace est, certes, très important mais cela ne devrait pas être, selon moi, la seule qualité à prendre en compte pour un comédien. D’ailleurs, elle ne lui est pas propre. En effet, cette notion d’efficacité est une notion que l’on retrouve dans tous les secteurs d’activité quels qu’ils soient.

Toutefois, il est vrai qu’il faut savoir être efficace et travailler vite, voire même très vite, sur un plateau de tournage : «Time is money». C’est pourquoi la première clé de l’efficacité, qui est de loin la plus importante, est la connaissance de son texte au «rasoir». Le savoir (plus) que par cœur pour en être totalement «débarrassé» et être prêt à «jongler» avec. A titre personnel, je travaille mon texte partout et plus particulièrement, dans un endroit bruyant et très fréquenté, qui, a priori, ne devrait pas s’y prêter, le métro. Paradoxalement, j’aime beaucoup travailler dans ce lieu qui se rapproche, à quelques détails près, de l’effervescence bruyante et désorganisée qui règnent sur un plateau de tournage juste avant que les célébrissimes «moteur» et «action» du réalisateur n’y mettent un terme.

Dans mon travail de mémorisation, j’essaie, petit à petit, de rentrer dans la structure de la pensée de l’auteur en me répétant inlassablement ses mots, en tâchant de ressentir et d’affiner les intentions de mon personnage et en essayant de comprendre où se situent les enjeux de la scène. Je vais, même, jusqu’à être «regardant» avec la ponctuation pour nourrir autant que possible mon imagination. Tout l’objectif de mon travail de préparation mentale sert à donner le plus de vie et le plus de sens possibles à mon personnage au travers de ses mots et de ses actions. J’essaye, de cette façon, d’imaginer toutes les «pistes» éventuelles d’interprétations possibles afin de me tenir prêt et disponible pour toutes les directions artistiques du réalisateur.

4/ Vous avez aussi une riche expérience sur les planches. Quelles complémentarités et, à l’inverse, quelles principales différences y retrouvez-vous avec le monde audiovisuel ?

Le plaisir du théâtre est physique, palpable et immédiat, notamment, à travers les réactions, bruyantes ou pas, du public. A l’inverse de l’ambiance d’un plateau de tournage où se doit de régner un silence total pendant les prises. Le rapport au plaisir y est radicalement différent, de fait.

Au théâtre, nous réinventons, chaque soir, la même histoire pour un public sans cesse différent. L’investissement du corps, de l’énergie et de la voix peuvent légèrement fluctuer en fonction de paramètres aussi intangibles que peuvent l’être les sensations, physique et émotionnelle, que nous pouvons ressentir de la salle.

En revanche, au cinéma, ce sont les obligations techniques qui prennent le pas sur tout le reste. Si l’acteur trouve plus de liberté et de confort qu’au théâtre pour travailler, du fait de ne pas avoir à porter sa voix, par exemple, il est obligé de se soumettre aux impératifs directs du réalisateur ainsi qu’à ceux très contraignants de la technique au risque de voir son travail artistique invalidé.

Bref, s’il y a du plaisir dans ces 2 formes de travail, différentes mais complémentaires, le vrai plaisir reste, au final, celui de pouvoir exercer son métier et de JOUER !

5/ De façon plus générale, quels sont vos projets et vos envies artistiques du moment ?

J’ai la chance de faire pas mal d’essais, ces derniers temps, que ce soit pour le pilote d’une nouvelle série sur TF1 ou pour des projets de longs-métrages. La balle est, donc, en partie dans mon camp même si je sais que de bons essais ne sont jamais garants d’un succès final. Nombreux sont les paramètres ou critères, objectifs comme subjectifs, qui conditionnent le choix d’une production.

Pour autant, je travaille aussi, parallèlement, beaucoup en entreprise, dans le cadre de mises en situations ayant pour objet la prise de parole en public, la gestion de situations difficiles, l’animation de réunions, l’affirmation de soi, etc…

6/ Pour conclure, qu’aimeriez-vous dire aux différents lecteurs du blog pour les encourager à suivre votre parcours ?

Je tiens, pour commencer, à remercier très sincèrement tous ceux qui m’auraient fait la faveur, tout comme vous l’avez fait, d’apprécier mon travail et de le remarquer. Et je leur dirai, pour finir, que je vais tâcher à travers mes futures prestations de continuer à mériter leur attention.

Un grand merci Philippe pour ce bel échange !

Un grand Merci à vous, surtout, pour la passion, l’énergie, le temps et le travail formidables que vous consacrez à l’entretien de ce blog !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article