Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Hélène Zélany nous raconte les coulisses de la matinale d'Europe 1 !

12 Mai 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Radio

Hélène Zélany nous raconte les coulisses de la matinale d'Europe 1 !

Bonjour Hélène,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

1/ Vous présentez, chaque matin de la semaine, les journaux d’informations de 6h et 7h 30 dans la matinale d’Europe 1 animée par Thomas Sotto. Pour commencer, pourriez-vous nous décrire les grandes lignes éditoriales de cette matinale ?

Nous nous efforçons d’être au plus près de l’information récente, c’est-à-dire de donner les nouveautés de la nuit et de faire avancer le contenu des news par rapport au 20 heures de la veille. Nous continuons aussi à développer des thématiques ayant commencé une ou deux journées avant.

C’est donc un panachage et un mixte entre un partage de l’information très immédiate, qui vient de se dérouler, et un suivi des sujets de fond déjà débutés précédemment.

Nous sommes à la radio, un média rapide, c’est pourquoi il ne faut pas donner aux auditeurs l’impression d’un « robinet » d’informations. Aussi, la rédaction vise le renouvellement permanent, pour éviter la redondance. La matinale est extrêmement mouvante, d’un journal à l’autre et d’un quart d’heure au suivant.

En parallèle de cette rigueur journalistique se dégage aussi de la décontraction, qui est très importante car nous avons le rôle crucial de réveiller les gens le matin. Bien souvent, nous sommes la première voix entendue par l’auditeur. C’est, je trouve, une chance et une fierté énormes !

Aussi, nous nous devons d’être sérieux, tout en gardant de la décontraction dans l’ambiance générale.

2/ Les auditeurs qui vous écoutent, pour la plupart, se réveillent à peine et se préparent à aller travailler. Aussi, cela implique-t-il une forme ou une tonalité particulière comparativement à des journaux diffusés à d’autres moments de la journée ?

Bien sûr ! Je crois qu’il est très important, pour nous, journalistes travaillant aussi tôt le matin, d’avoir toujours en tête le fait que nous accompagnons les auditeurs au réveil. Ce qui signifie qu’ils n’ont peut être pas l’esprit aussi ouvert qu’au moment de prendre leur voiture pour aller travailler ou bien qu’en fin de journée.

Du fait de toutes les distractions extérieures que peuvent connaitre les gens, comme le bruit de la cafetière ou bien encore l’occupation des enfants, nous nous devons d’être très clairs, pédagogiques et de décrypter l’information de la manière la plus simple et la plus intelligible possible. Tout en ayant l’obsession, je le disais, de réveiller les auditeurs dans une bonne ambiance, avec un certain sourire. Même si, bien souvent, nous sommes convoyeurs de mauvaises nouvelles.

3/ L’information, quelle qu’elle soit, doit être précise mais aussi compréhensible. A ce titre, quelle est votre méthodologie de travail en amont de l’antenne ? Comment préparez-vous vos interventions ?

Comme tout journaliste de la station, un travail personnel en amont est nécessaire. Aussi, je me dois de rester informée, jusqu’au moment du coucher la veille. Ce qui sous-entend aussi de regarder les réseaux sociaux, notamment Twitter.

En arrivant le matin, je débute ma journée en passant en revue les dépêches, pour commencer à mettre en ordre, dans ma tête, à la fois ce qui va être l’information du jour mais aussi les news que je souhaite présenter seulement sous forme de brèves.

Très concrètement, en lisant les dépêches parues depuis environ 18h la veille au soir, j’en profite pour effectuer un premier classement, tout en surlignant les éléments importants et en prenant des notes. De plus, j’écoute attentivement l’ensemble des sujets préparés, pour la matinale, la veille en soirée. Sous forme de papier, de son ou bien encore de reportage. Représentant 30 à 45 minutes d’écoute.

Ce travail me permet d’arriver à la conférence de 4h avec une bonne connaissance de l’actualité et une première idée de construction des journaux. C’est alors l’occasion pour tous de partager les points de vue, pour aboutir à une matinale cohérente, avec le souci, comme je vous l’expliquais, de ne pas se répéter. C’est un mécano extrêmement compliqué, avec de nombreux paramètres à prendre en compte !

4/ D’un point de vue purement personnel, n’est-il pas trop difficile de se lever aussi tôt chaque matin ?

Dire le contraire serait vous mentir. Il est évidemment difficile de se lever chaque matin à 2h après avoir dormi seulement pendant trois heures. Mais je considère que le jeu en vaut la chandelle car réveiller les auditeurs est un privilège.

Cette hygiène de vie nous oblige à renoncer à beaucoup de choses, notamment les sorties et la vie sociale en semaine. Mais je me rattrape le week-end.

5/ L’actualité bougeant et évoluant en permanence, il peut arriver que des évènements viennent chambouler l’ordre prédéfini et établie en amont. Comment gérez-vous alors pareille situation ? Quelles sont les clés pour y parvenir ?

C’est dans pareils moments qu’effectuer de la radio prend tout son intérêt ! Quelque soit la nature de l’évènement, une catastrophe ou, à l’inverse, une bonne nouvelle comme la naissance du bébé royal en Angleterre, nous sommes prêts, habitués et même friands de ce genre de situation.

Tout peut en effet être bousculé en une minute seulement et nous sommes alors en roue libre, naviguant quelque peu à vue. Il nous arrive parfois simplement de devoir changer l’ordre, mais nous devons aussi quelques fois ajouter des sujets ou bien enlever des éléments.

La radio est un média très appréciable dans pareille situation car nous avons alors une marge de manœuvre énorme. Des changements de dernière minute sont possibles et, je l’espère et je le crois, apparaissent comme transparents pour les auditeurs.

La cohérence est le maitre-mot et le plus important réside dans la fluidité que les gens retrouvent à l’antenne, indépendamment de nos arrangements par exemple avec la technique lorsqu’un correspondant n’est pas joignable ou qu’une ligne est coupée, comme ce fut le cas avec le Népal.

6/ Aimeriez-vous animer d’autres émissions, déconnectées de l’actualité pure ? Le cas échéant, quelles thématiques pourraient vous intéresser ?

J’aimerais beaucoup, si j’en avais le temps et la possibilité, effectuer des interviews de longs termes. C’est-à-dire pouvoir rester une heure avec la même personne, connue ou non, pour avoir une parole complètement déconnectée de la montre.

Ce serait alors un exercice bien différent de celui de la matinale, où le timing est toujours très serré. Mais cela n’est pas prévu pour le moment.

7/ Pour terminer, qu’auriez-vous envie de dire aux fidèles lecteurs du blog pour les inciter à vous écouter chaque matin sur Europe 1 ?

Sans vouloir nous lancer des fleurs, je pense sincèrement que nous offrons, sur le fond et la forme, une matinale de grande qualité.

La rédaction s’implique tellement et se donne à son maximum qu’elle mérite au moins que les gens essaient d’écouter la matinale. Les présentateurs et journalistes veillent à la mettre en valeur autant que possible et Thomas Sotto est, je pense, un excellent maitre de cérémonie.

Bref, notre matinale mérite le détour !

Un grand merci Hélène pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article