Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

La comédienne Patricia Kell nous parle de la pièce "La blonde, la belle et la nympho"

12 Avril 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

La comédienne Patricia Kell nous parle de la pièce "La blonde, la belle et la nympho"

Bonjour Patricia,


Nous sommes ravis de vous retrouver pour une nouvelle interview sur notre b
log.

1/ Vous êtes actuellement à l'affiche au théâtre Montorgueil de la pièce d'Alil Vardar « La blonde, la belle et la nympho ». Pour commencer, pouvez-vous svp nous décrire cette pièce, nous en présenter la thématique ?

En fait, tout est dans le titre : ce sont trois filles qui vivent en colocation et qui vont débattre sur de nombreux sujets de société, très modernes, très contemporains. Elles vont parler des hommes, des régimes, des femmes, de la sexualité, l'infidélité,etc... ... elles vont se taquiner, se chamailler. C'est vraiment une comédie légère entre 3 copines qui vont parler de tout cela !

La blonde est plutôt idiote, un peu distraite, naïve. La belle est plutôt hautaine, précieuse,elle sait tout sur tout. La nympho se concentre beaucoup plus sur les hommes.

2/ Vous y interprétez donc le rôle de la nympho. Qui est ce personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques?

C'est un personnage d'une quarantaine d'années, qui aime énormément les hommes. On imagine dans son personnage qu'elle a eu beaucoup de succès dans les 10-15 ans auparavant, mais c'est actuellement plus dur pour elle de conquérir les hommes.

Elle se bat, on la voit souvent avec un calendrier des Dieux du stade, d'hommes en petites tenues. Elle n'a pas réellement de tabous sexuels mais, en revanche, elle n'est jamais vulgaire.

Existe-t-il des liens, même éloignés, de ressemblance entre votre personnage et vous-même ?

Comme j'aime à le dire aux spectateurs venant nous rencontrer à l'issue de la pièce, je ne suis la nympho que d'un seul homme.

3/ Comment avez-vous réussi à aborder ce rôle ? Comment vous êtes-vous préparé ?

La nymphomanie est une vraie maladie mais la pièce est beaucoup plus dans la légèreté, dans la comédie. Du coup, je me suis plus inspirée de copines que j'ai pu avoir ou de femmes que j'ai croisées, qui à des périodes de célibat, en souffraient et ne voulaient pas rentrer seule le soir.

On a tous des copines autours de nous qui ont un côté assez vives, qui n'ont pas froid aux yeux et qui font le premier pas. Je me suis aussi inspiré de leur comportement.

Combien de temps de préparation, de répétition a été nécessaire pour prendre la mesure du personnage ?

4 à 5 jours pour apprendre le texte, idem pour les répétitions puis s'est enchainée la première. Il est vrai que le texte est très contemporain, nous sommes dans l'humour, un langage courant et donc plutôt facile à intégrer.

Bien sûr, au fil des représentations, le personnage s'est étoffé et est devenu plus coloré. Et comme il y a une interactivité avec le public, les représentations ne sont jamais exactement les mêmes. Cette part d'improvisation possible est assez excitante.

4/ Comme son titre l'indique, c'est une pièce à trois personnages. Justement, présentez-nous svp les deux autres personnages qui vous accompagnent dans cette aventure ?

La blonde est jouée par Mounya de la Villardière, qui avait déjà participé à Nice à la pièce « Ils se marièrent et eurent beaucoup d'emmerdes ».

La belle est interprétée par Stéphanie Suignard, qui a déjà joué dans plusieurs pièces d'Alil Vardar.

Vous avez joué la pièce dans un premier temps à Nice. A ce titre, des évolutions ont-elles été apportées depuis la première, d'un point de vue de la mise en scène ou pourquoi pas même du texte ?

Entre les premières représentations à la Comédie de Nice, et aujourd'hui, six mois après, bien sur que les personnages évoluent peu à peu, et comme il s'agit d'une pièce comique, comme je le souligne plus haut, nous nous sommes adaptées, au fur et à mesure, aux réactions et aux rires des gens.

Le texte de l'auteur ne change jamais, mais il est vrai qu'il y a parfois des petites improvisations, qui sont en fonction des réactions du public que nous ne pouvons ignorer puisque le 4ème mur est tombé.

5/ Serait-il possible de rappeler les jours et horaires de représentation de cette pièce, « La blonde, la belle et la nympho » ?

La pièce se joue à Paris, au théâtre Montorgueil, du mardi au samedi à 20h. Egalement une séance en plus le samedi à 18h et une autre, en matinée, le dimanche à 16h 30.

J'en profite pour mentionner que nous avons eu la chance de faire une très jolie rencontre, Stéphanie, Mounya et moi : on s'entend très bien, on a envie de s'amuser, de faire partager le public et d'emmener la pièce le plus loin possible.

Avant de terminer cet entretien, que diriez-vous en quelques mots pour inciter, un peu plus encore, les lecteurs du blog à venir vous voir sur scène ?

Si vous avez envie de venir voir, parait-il, trois jolies filles faire les pitres sur scène, chacune dans son personnage, défendant ses idées sur ces choses de la vie et si vous avez envie de rigoler, alors venez nous voir au théâtre Montorgueil.

Nous avons avant tout la volonté de faire rire les gens et de les détendre.

Une fois encore, ce fût un véritable plaisir de réaliser cette interview en votre compagnie, Patricia.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article