Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

La comédienne Marion Huguenin nous parle en exclusivité de son actualité !

12 Avril 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

La comédienne Marion Huguenin nous parle en exclusivité de son actualité !

Bonjour Marion,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à quelques questions pour notre blog.

1/ Vous interprétez actuellement Chloé, dans la série à succès de TMC « Les Mystères de l'Amour ». Pour commencer, pourriez-vous nous décrire votre personnage et nous en donner ses principales caractéristiques ?

Chloé est la sœur d'Hélène, l'un des personnages principaux de l'intrigue. C'est une jeune femme de 23 ans, qui vivait précédemment en Australie, avec son père. Elle a grandi dans un environnement familial assez stable, mais elle a eu du mal à se remettre de la disparition de sa mère.

Elle avait alors essayé de se rapprocher de son père, mais aussi, malgré la distance, de ses deux sœurs, l'une habitant Paris et l'autre les Etats-Unis. Le décès de sa maman l'a poussé à faire de nombreuses bêtises. Elle est notamment tombée dans la drogue.

Chloé a connu de nombreuses relations amoureuses, bien souvent chargées d'émotions. Quel en a été le fil ?

Elle a d'abord rencontré Antoine, son grand amour, qui a réussi à la sortir de tous ses trafics. Chloé est même tombée enceinte, mais malheureusement a fait ensuite une fausse couche. Là encore, ce fut pour elle une douloureuse épreuve.

Accentuée ensuite par le décès de son compagnon, qui est sorti trop tôt de l'hôpital, à l'encontre des indications médicales, suite à un accident de moto.

A ce moment-là, mon personnage, très triste, s'est rapproché d'Emilie, la sœur d'Antoine. Sans trop savoir pourquoi dans un premier temps, une histoire s'est créée entre elles. Cette relation fut compliquée pour Chloé, ne sachant pas si elle aimait Emilie d'amour ou d'amitié. Cette idylle ne durera finalement que quelques épisodes.

Chloé s'est alors remise avec un homme, mais très rapidement a été trompée. Pour finalement être actuellement en couple avec Alex, une femme.

Au final, le personnage est difficile à cerner : est-elle bisexuelle, homosexuelle ou hétérosexuelle ? Je pense qu'elle est hétéro, mais elle ne sait pas trop où elle en est, elle semble perdue. C'est une femme qui se cherche encore.

2/Votre personnage est actuellement en couple avec une autre jeune femme. Quelles sont, selon vous, les principales clés d'interprétation associées ?

Je pense qu'il est important d'avoir beaucoup de complicité avec la personne avec laquelle on tourne, que ce soit un homme ou une femme. La relation qu'avait Chloé avec Emilie a représenté, à titre personnel, ma première expérience d'interprétation d'une homosexuelle.

Même si, au début, l'on peut penser que le jeu ne sera pas très simple, on s'aperçoit au final qu'il y a peu de différences. Que l'on embrasse un homme ou une femme ne change rien, car nous ne sommes pas amoureux.

Si ce n'est que les premiers temps sont un peu bizarres, je pense qu'il n'y a pas plus de clés avec une femme qu'avec un homme. En plus, Claire-Lise Lecerf, qui interprétait Emilie, est une amie dont je suis proche, je connaissais donc sa personnalité par cœur. Il n'y a pas de tabous entre nous, nous savions donc parfaitement où nous situer.

Il en va de même avec Chalotte Noiry, qui interprète actuellement Alex. Nous nous entendons très bien et il n'y a aucun problème.

Au cours des nombreuses aventures déjà vécues dans la série, Chloé a alterné les relations amoureuses avec les hommes et les femmes. On la sent d'ailleurs déçue des hommes. Quel regard portez-vous sur les rebondissements qu'à connu votre personnage ?

J'ai été un peu étonnée de ce changement de cap ! Personnellement, j'ai du mal à suivre Chloé. J'en avais parlé à Jean-Luc Azoulay, le producteur de la série, qui m'avait alors répondu que Chloé est en fait une hétéro perdue, mais curieuse.

Elle est tellement déçue des hommes que, finalement, elle essaie autre chose. C'est quelqu'un de gentil qui se laisse facilement influencer. Elle se fait aisément avoir par ses sentiments : quand elle aime, elle aime vraiment. C'est aussi le cas dans le cadre familial : elle a une sincère relation avec sa sœur Hélène, chacune sera toujours présente pour l'autre.

Je pense qu'elle est allée, avec les hommes, de déceptions en déceptions, notamment avec Alexandre et Sam. C'est pour cela aussi qu'elle s'est jetée dans les bras des femmes. Chloé a l'air forte d'apparence, mais elle est perdue et est quelqu'un de très fragile.

3/ Vous êtes moins présente depuis quelques épisodes dans la série. Aimeriez-vous que, par la suite, les téléspectateurs puissent retrouver plus régulièrement Chloé ? Le cas échéant, comment souhaiteriez-vous voir évoluer votre personnage ?

J'aimerais évidemment interpréter Chloé d'une façon plus régulière, j'adore ce personnage et l'équipe avec laquelle je tourne. Si cela me permet aussi de faire des projets à côté. J'aime bien, en effet, passer alternativement sur des rôles complément différents. J'adore Chloé, donc je reviendrais avec grand plaisir plus régulièrement dans la série.

Concernant l'évolution de mon personnage, j'aimerais que Chloé travaille durablement, pour la remettre un peu sur les rails. C'est le cas actuellement dans un magasin de disques. Cela devrait l'aider à se remettre sur le droit chemin.

Pourquoi pas aussi une certaine stabilité au travers d'une belle relation amoureuse. En même temps, jouer des histoires qui vont dans tous les sens, comme ce fut le cas jusqu'à présent, est plutôt drôle.

4/ En parallèle, vous êtes actuellement à l'affiche du court-métrage « La fin », de François Nolla et Hugo Hubert, où vous interprétez la jeune Lia. Quelle en est l'histoire ? Quel est le message attendu ?

C'est l'histoire de Lia, une jeune femme de 25 ans, qui, à première vue, a tout pour être heureuse dans la vie. Son mari Franck est banquier et le couple a beaucoup d'argent. D'apparence, c'est un peu la publicité américaine, c'est ce que tout le monde pourrait rêver dans sa vie.

Au final, Lia ne s'épanouit absolument pas dans cette vie-là. Il va y avoir une grosse crise économique et sociale, où l'argent ne signifie plus rien. Il n'y a plus d'électricité, ni d'eau, les éboueurs ne passent plus.

Lia va donc devoir se remettre en question, et s'émanciper quelque peu. Jusqu'à présent, son mari la prenait sous son aile et avait le contrôle de sa vie. C'est à présent à elle de s'assumer, dans une sorte de fin du monde.

Où et quand peut-on voir ce court-métrage ?

L'avant première a eu lieu samedi 31 janvier, à Commune Image de Saint-Ouen. Pour ceux qui n'ont pas pu venir, une nouvelle projection se déroulera le mercredi 11 février, à 11h, à l'Etoile Saint-Germain à Paris.

5/ Deux facettes bien différentes de votre personnage y sont traduites, comme en témoigne l'affiche. Quelle partie du personnage préférez-vous ? La Lia d'avant ou celle d'après ?

Laquelle avez-vous pris le plus de plaisir à interpréter, et pour quelles raisons ?

Il m'est très compliqué de répondre à cette question car j'ai vraiment pris du plaisir pendant tout le tournage. Il y a, dans le film, beaucoup de scènes de fantasme, montrant ce que Lia aimerait faire dans son quotidien et qu'elle n'ose pas. Ses souhaits sont donc retranscrits à l'écran, ce qui a été pour moi très intéressant à jouer.

La Lia d'après est elle-aussi passionnante à interpréter. En fait, j'ai traversé plein de facettes, car mon personnage est en dépression. Ainsi, tout se passe par le corps et par les regards.

Au travers du film, nous avons voulu montré que, même si nous sommes aujourd'hui dans un système capitaliste, l'argent n'est peut-être pas l'unique fin en soi. On peut se demander si l'on n'est pas plus heureux lorsque nous ne possédons plus rien. Nous avons voulu passé le message selon lequel une personne pleine aux as n'est pas forcément plus heureuse que quelqu'un dans la décrépitude.

Nous l'avons abordé précédemment, beaucoup de messages et d'émotions sont passés par le corps en lui-même. Justement, comment s'est passé le tournage, notamment de ces scènes si particulières ?

Le tournage s'est extrêmement bien passé. J'ai trouvé une famille de cinéma avec laquelle je me suis complètement épanouie. D'ailleurs, la plupart des personnes ont aussi travaillé dans le court-métrage « Je suis le bon choix », que j'ai réalisé.

« La fin » est une coréalisation. Travailler avec deux directeurs d'acteurs était une première me concernant, et cela a été très enrichissant. Les deux réalisateurs étaient parfaitement complémentaires. Ils nous disaient la même chose, mais avec deux termes différents.

Il y avait une réelle osmose entre les réalisateurs, les comédiens et toute l'équipe ! J'ai beaucoup aimé aussi la façon de travailler : les réalisateurs expliquaient individuellement à chaque acteur ce qu'il devait faire, mais nous n'étions pas forcément conscients de la back-story des autres personnages.

Chaque acteur travaille d'une façon différente, ce que les coréalisateurs ont très bien compris, si bien qu'ils ont réussi à faire sortir de moi des choses dont je n'étais même pas consciente avant. Ce fut très intéressant. Des membres de l'équipe m'ont dit qu'il y avait une Marion avant le tournage, et il y a depuis l'achèvement de ce court-métrage une autre Marion. Je pense qu'ils n'ont pas tort !

Pour finir, je dirais que c'est un travail différent mais complémentaire de l'interprétation de Chloé dans « Les Mystères de l'Amour ». Contrairement à la télévision, on travaille beaucoup plus lentement. Nous avions donc davantage de temps pour approfondir les choses. A la télévision, il faut être tout de suite très efficace ; c'est pourquoi avoir travaillé sur une série comme « Les Mystères de l'amour » m'a beaucoup aidé pour interpréter Lia car j'entrais tout de suite dans l'émotion.

A l'inverse de mon personnage dans la série de TMC qui est, nous l'avons dit, assez ambigu, je connaissais, pour « La fin » toute la back-story de Lia, que j'ai travaillée en amont avec les réalisateurs. Je comprenais chacune de ses réactions.

6/ Nous pouvons également vous retrouver, au travers du concours Nikon, dans le court-métrage « Je suis le bon choix ». Un petit mot peut-être sur cette belle aventure ?

Je voulais absolument participer au concours Nikon que je trouve absolument génial et que j'ai découvert l'année dernière. Le thème de cette cinquième édition est « Je suis un choix ». J'ai de suite été inspirée pour parler de l'adoption.

Mon souhait de départ était de relater l'histoire d'un couple voulant avoir un enfant, mais dont l'un des deux est stérile. Pour se demander ensuite quelle serait la bonne solution entre abandonner l'idée, faire une insémination artificielle ou adopter. Au final, mon idée s'est transformée grâce à l'idée géniale d'Edouard Valette avec qui j'ai coécrit ce film.

D'ailleurs, il s'agit là de ma première expérience d'écriture.

C'était aussi ma première réalisation. Nous avons pris beaucoup de plaisir sur le tournage. Aidé aussi en cela par la présence et l'accompagnement de plusieurs membres de l'équipe de « La fin ». C'était un vrai travail d'équipe et ce fut une expérience géniale !

Auriez-vous le souhait de renouveler ce genre d'expérience ?

Avec grand plaisir ! Lors de mes cours de théâtre, j'avais réalisé un « film », dans le cadre d'un exercice. Le metteur en scène m'avait alors fait remarquer que je semblais avoir des facilités pour comprendre les acteurs et les aider dans leur jeu. Passer derrière la caméra est bien différent du jeu de comédien, c'est une tâche moins nombriliste.

Lors du tournage de « La fin », l'un des réalisateurs m'avait demandé si je souhaitais prendre part à la réalisation. Ma réponse fut alors négative, pensant ne pas avoir la patience d'obtenir des comédiens avec exactitude ce que j'imaginerais sans être trop autoritaire et tyrannique (rires) !

En fin de compte, le moment était venu, au travers du concours Nikon, de sauter le pas. Cela m'a énormément plu. Renouveler l'expérience serait un plaisir maintenant, alors qu'il y a quelques mois seulement, j'aurais tout simplement été incapable de le faire. J'ai appris à me calmer.

J'ai d'ailleurs beaucoup observé sur le tournage des « Mystères de l'Amour », cela m'a énormément appris. J'en profite pour remercier l'équipe technique, qui m'a expliqué de nombreuses choses au niveau technique. Nous sommes une vraie famille, qui travaille ensemble depuis des années. Les membres de l'équipe sont toujours là pour nous donner des conseils. Des tournages aussi rapides sont très instructifs car l'on va directement dans l'efficacité !

7/ Pour finir, qu'avez-vous envie de dire aux lecteurs du blog pour les inciter à vous suivre dans vos différents projets ?

Je voudrais simplement vous dire que je suis ravie que vous continuiez à nous suivre sur TMC. Nous avons une chance énorme et nous en sommes conscients. Nous ne vous répondons pas forcément toujours car nous sommes très occupés. Mais, très honnêtement, je ne vous oublie pas

C'est toujours une joie de voir que vous êtes présents, que vous nous aimez et nous écoutez. Cela n'a pas de prix. Nous sommes tous conscients que nous sommes là grâce à vous et que la série existe aussi par votre soutien et votre fidélité ! Je vous en remercie.

Merci Marion de votre gentillesse et votre disponibilité !


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article