Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Interview exclusive de la comédienne Claire-Lise Lecerf, nous présentant son actualité !

12 Avril 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Interview exclusive de la comédienne Claire-Lise Lecerf, nous présentant son actualité !

Bonjour Claire-Lise,

Quel plaisir d'effectuer cet entretien en votre compagnie !

1/ Vous avez tourné, en ce début d'année 2015, pour France 2 dans «Flic, tout simplement». Ce téléfilm est une adaptation du livre autobiographique de Marine Monteil. Quel rôle y incarnez-vous et quelles sont les principales caractéristiques de votre personnage ?

C'est plus exactement l'histoire de la mise en place d'un fichier ADN national, suite à l'affaire Guy Georges, un serial-killeur ayant sévi dans les années 90. J'y incarne le rôle d'une victime qui réchappe à Guy Georges, en hurlant et en interpellant les voisins.

C'était un rôle intéressant à jouer du point de vue des émotions, notamment lors de l'interrogatoire avec les policiers. Ils sont assez durs et assez froids avec cette victime, se demandant si elle dit la vérité ou si elle est quelque peu mythomane. A l'inverse, venant de se faire agresser, elle a l'air perdue, mais ne fait que relater la vérité.

Garder la fragilité et la sympathie du personnage, tout en montrant sa peur et son incompréhension face aux policiers, a été un bel exercice artistique. Il est à noter que le personnage a réellement existé. Cet épisode fait partie des multiples fautes de la police et des enquêteurs lors de l'affaire Guy Georges, qui n'avaient, à l'époque, pas assez pris en considération les peurs et les angoisses de la victime que j'incarne et qui, du coup, ne l'avaient pas crue (cette faute ayant donc ralenti l'enquête).

Comment avez-vous préparé votre rôle en amont du tournage ? S'agissant d'une histoire réelle, vous êtes-vous documentée plus qu'à l'habitude ?

L'affaire Guy Georges s'est déroulée dans les années 90, j'étais alors très jeune. Du coup, je ne me rappelais que très peu de cette histoire. Je me suis ainsi documentée sur internet d'une part et en allant, d'autre part, voir au cinéma «L'affaire SK1 » qui relate également cette affaire.

De manière générale, j'ai préparé mon rôle comme tous ceux que j'ai pu jouer jusqu'à présent, c'est-à-dire en travaillant sur l'état émotionnel du personnage, au moment de la scène. Je me concentre généralement davantage sur l'état plutôt que sur le texte, souhaitant que ce dernier vienne de façon plus spontanée et naturelle au regard de la situation interprétée.

2/ Comment s'est déroulé le tournage, qui relate événements assez lourds ?

Le tournage s'est très bien déroulé. Il a eu lieu au mois de janvier, j'appréhendais les séquences à tourner dehors en petite jupe, mais en fait le froid ne s'est pas trop fait ressentir.

Toute l'équipe était adorable et nous avons eu du temps pour effectuer les scènes. C'est un très joli scénario qui donnera, je l'espère, un très joli téléfilm.

3/ Lorsque l'on regarde votre CV, on constate avec plaisir que vous disposez de nombreuses cordes à votre arc de comédienne. Au travers notamment de vos différentes expériences à la télévision, au cinéma mais aussi au théâtre. En quoi, selon vous, ces différents arts sont-ils complémentaires ?

A l'inverse, quelles principales différences y retrouvez-vous ?

Je ne pense pas qu'il y ait de vraies différences, si ce n'est le lieu. Dans le sens où, lorsque je joue, j'interprète un personnage en essayant de transmettre les émotions de celui-ci.

De manière générale, quelque soit l'art, sont recherchées la sincérité et la vérité dans le sentiment. Que ce soit dans la déclamation ou dans un jeu plus naturel, la base reste toujours la même au travers d'une vraie recherche d'émotions. Etre en phase avec ces dernières est ce que je recherche et ce que j'aime dans mon métier.

Vivre plein d'émotions et plein d'états est l'essence même du comédien. L'on retrouve cela à la fois au théâtre et au cinéma. Plus de belles scènes à jouer nous sont confiées, plus nous sommes heureux.

Une belle scène, ce n'est pas forcément par la longueur du texte. C'est plutôt une scène où l'on peut y retrouver de nombreuses émotions et ruptures de jeu.

La seule vraie différence que l'on peut mentionner réside dans le contact avec le public. Ce dernier est extrêmement grisant. Il est sûr que le théâtre reste ma première passion. Mais il est important, lors d'un tournage, de faire quand même vivre l'émotion. La caméra est un peu l'équivalent du public au théâtre, essayant d'attraper ce que le comédien lui envoie.

Dans tous les cas, nous jouons et interprétons un autre que soit. En fait, le plus grisant, c'est quand on arrive à ne plus du tout être soi-même, et être complètement dans l'émotion de son personnage, mais ce sont des moments rares et assez difficiles à atteindre.

4/ Pour la suite de votre jeune mais déjà riche carrière, aimeriez-vous privilégier plutôt un axe de parcours, ou, au contraire, souhaiteriez-vous continuer chacune de ces thématiques?

J'aimerais énormément pouvoir faire de tout, sur tous les supports. C'est-à-dire jouer plein de personnages différents, que ce soit au théâtre, au cinéma ou à la télévision. Ces supports sont tous trois extraordinaires et permettent des choses merveilleuses.

Nous avons le temps, au cinéma, pour réaliser de belles performances. La télévision, pour sa part, permet des formats différents et extrêmement agréables, comme celui de la série. Il est très agréable pour un comédien de pouvoir jouer un rôle sur la longueur, de voir son personnage évoluer, et d'avoir une multitude de scènes, sur plusieurs saisons parfois. La télévision permet aussi, comme internet d'ailleurs, de faire des programmes courts très marrants. Ils peuvent être parfois un peu « sur-joués » donc vraiment rigolo à interpréter.

Au théâtre, la déclamation, le rapport avec le public et le fait également de porter la voix, sont autant d'éléments très agréables et très appréciables. C'est un vrai plaisir que d'interpréter un texte au théâtre. Cette sensation-là ne se retrouve nulle part ailleurs.

Donc les trois ont leurs avantages et mon rêve serait d'interpréter, au travers de tous, plein de caractères et de personnalités différentes.

5/ Vous avez précédemment interprété avec brio le personnage d'Emilie dans la série à succès de TMC « Les Mystères de l'Amour ». De nombreuses scènes ont été l'occasion de moments de proximité avec votre petite amie dans la série. Quelles ont été les clés, selon vous, pour interpréter ce genre de situations ?

Il est important de savoir que la personne avec laquelle j'ai joué dans la série, Marion Huguenin, est une de mes meilleures amies dans la vie. Il a donc été beaucoup plus facile d'interpréter une complicité déjà existante à la base.

Nous avons étonnamment eu peur lorsque nous avons appris que nous allions devenir petites amies, du fait de notre proximité hors des plateaux. Tout s'est finalement très bien passé, nous avons très vite remarqué que ces scènes ne nous posaient en fait pas de soucis. Notre appréhension était donc non fondée.

6/ Pour finir, qu'avez-vous envie de dire aux nombreux lecteurs du blog pour les inciter à suivre votre parcours ?

Je tiens tout d'abord à les remercier pour leur fidélité. J'espère que je pourrai interpréter plein d'autres personnages qui leur plairont, dans des projets qu'ils apprécieront tout autant.

Un grand merci Claire-Lise de votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article