Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Interview de la comédienne Marie-Laetitia Bettencourt, en exclusivité pour notre blog !

15 Avril 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

Interview de la comédienne Marie-Laetitia Bettencourt, en exclusivité pour notre blog !

Bonjour Marie-Laetitia,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à quelques questions pour le blog.

1/ Vous êtes actuellement sur scène, à la Grande Comédie, dans la pièce « Familles (re)composées ». Pour commencer, pourriez-vous nous raconter l’histoire mise en avant par la pièce ?

Comme l’indique le titre, la pièce est en lien avec les familles recomposées. Souvent, après un divorce, les parents se remettent avec quelqu’un.

Se pose alors la question du partage de la garde des enfants. Sans oublier les relations entre les parents après la séparation, mais aussi celles avec les nouveaux conjoints.

Le couple et la famille, deux thèmes forts de la pièce, sont des sujets qu’affectionne tout particulièrement Alil Vardar, l’auteur. Quelles sont les astuces de la pièce ayant permis un tel succès auprès du public ?

Alil trouve toujours des sujets très populaires qui touchent beaucoup de personnes et qui parlent au plus grand nombre. Les gens se reconnaissent dans ses pièces. Pour cela, il se base notamment sur son histoire personnelle.

Ses pièces sont donc toujours proches de la réalité et crédibles, permettant aux gens de s’identifier.

Peut-on rappeler les jours et horaires des représentations ?

Nous jouons chaque jour de la semaine. Plus précisément, du lundi au samedi, une représentation a lieu à 21h 30. Auxquelles il faut ajouter les prestations en matinée, le samedi et le dimanche, à 16h.

2/ Vous y interprétez le personnage de Jennifer. Qui est-elle ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Jennifer est une fille gentille, dynamique mais écervelée. Elle est surtout extrêmement amoureuse de Jean-Claude, son « kikiné ».

Elle a, elle aussi, un enfant. Ainsi, elle évoque souvent l’éducation de ce dernier par son actuel compagnon. Vice-versa, les relations avec son beau-fils sont un autre thème important. La rencontre avec l’ex-femme de Jean-Claude est un des moments clés pour elle.

Pour la résumer, Jennifer est une blonde gentille.

3/ Votre personnage est l’auteur de nombreux lapsus tout au long de l’histoire. Quelles sont, selon vous, les principales clés, dans pareille rôle, pour faire rire les spectateurs pendant une heure trente environ sans être redondant ?

La clé est d’être toujours très sincère et de ne pas chercher à être drôle en faisant l’idiote. Le texte est suffisamment bien écrit et juste pour que nous n’ayons pas besoin d’en faire plus.

Bref, il faut simplement être authentique et ne pas avoir l’air de dire quelque chose de bête. Au contraire, il est important de l’exprimer d’une manière très intelligente.

4/ Le rythme de la pièce est plutôt soutenu et les moments comiques s’enchainent. A ce titre, faites-vous régulièrement évoluer les blagues et cocasseries qui fusent sur scène ?

Bien sûr ! Notamment Alil, l’auteur, qui trouve beaucoup de blagues en direct, sur scène, nous permettant de réagir et créant ainsi une interactivité.

En conséquence, chaque représentation est un peu différente. Alil nous surprend à chaque fois !

Vous arrive-t-il même de surprendre volontairement vos camarades en adaptant soudainement une réplique ?

Comme l’auteur fait le « fou » sur scène et trouve de nombreuses blagues, nous lui faisons confiance et nous le suivons. C’est déjà dur de garder son sérieux et de ne pas avoir des fous-rires tout le temps.

Si nous nous mettions, tous les quatre, à faire des blagues non prévues, la pièce risquerait de devenir indisciplinée voire grotesque.

Nous laissons donc l’improvisation à Alil et nous sommes un peu spectatrices de ses drôleries.

5/ Revenons quelques instants sur ces derniers instants, avant de monter sur scène, juste avant que le rideau ne s’ouvre. Quel est alors le sentiment qui prédomine ?

Il y a bien sûr l’excitation. Je suis toujours très heureuse de faire une représentation mais, en fait, tout va bien dès lors que je suis sur scène.

Juste avant, c’est plus difficile, surtout du fait du trac. C’est, je crois, le sentiment majeur. Ajoutons la peur de décevoir l’auteur et le metteur en scène.

D’autant plus que nous jouons avec lui sur scène. Donc nous voyons directement dans ses yeux sa déception lorsque ratons quelque chose face au public.

Nous sommes dans de grands et beaux théâtres parisiens. Ce qui demande une forte discipline. Pour que la salle soit pleine chaque soir, il faut systématiquement se donner à fond et, forcément, le trac se fait ressentir avant le levé de rideau.

D’ailleurs, comment vous préparez-vous en amont de la représentation ? Quelles sont vos habitudes ?

Je viens longtemps avant. Je me concentre en même temps que je me prépare. Jennifer est une bimbo, elle doit beaucoup se maquiller et se coiffer. Ce qui demande du coup environ une heure de préparation.

Je profite de ce temps pour me concentrer et faire mes exercices d’articulation et de respiration. Il est important en effet de bien projeter vocalement sur scène. Le rythme est très soutenu, il faut donc aussi savoir respirer.

Même si je joue cette pièce depuis près d’un an maintenant, ces moments-là sont comme un rituel. Je suis très superstitieuse, j’ai l’impression que si je ne pratique pas ces exercices, la représentation ne va pas se dérouler comme je le souhaite.

6/ De façon plus générale, quels sont vos projets et vos envies pour 2015 ? Allez-vous participer à d’autres pièces de théâtre ?

Je continue la pièce « Familles (re)composées » car elle est toujours en lancement dans la capitale. Nous l’avions démarré à Paris en octobre dernier. La saison n’est pas terminée.

Nous avons aussi un autre défi, celui de remplir le théâtre cet été. Généralement, les salles parisiennes sont désertes du 14 juillet au 15 août, mais nous avons pris le pari d’assurer les représentations pendant cette période.

Mon emploi du temps va donc être bien rempli jusqu’à la rentrée de septembre au moins. D’autant plus que je participerai aussi ponctuellement, dans le même théâtre, à la pièce « Le clan des divorcées », que j’ai déjà jouée longtemps.

Je suis, en parallèle, en écriture de sketchs pour un programme-court, aux côtés de ma meilleure amie, Sophie Depooter. J’en profite pour vous annoncer que je jouerai aussi dans sa pièce, là encore à La Grande Comédie, qui s’appelle « Après le mariage...les emmerdes » et qui rencontre un beau succès.

C’est un rôle très différent de celui d’une blonde. C’est un personnage moins caricatural et plus proche de « madame tout le monde ». J’ai hâte de l’interpréter.

7/ Pour conclure, que souhaitez-vous dire aux fidèles lecteurs du blog pour les encourager à venir vous voir sur scène à la Grande Comédie ?

La réputation d’Alil Vardar n’est plus à faire. Il écrit de véritables succès, il est notamment l’auteur de ce qui est sans doute la plus grande réussite théâtrale de ces dix dernières années, à savoir « Le clan des divorcées ».

Donc si vous avez tout simplement envie de rire, car nous n’avons pas la prétention d’autre chose, venir voir l’une des pièces d’Alil est alors une très bonne idée. Que ce soit « Familles (re)composées », « Le clan des divorcées » ou bien encore « 10 ans de mariage ».

Je vous conseille tout particulièrement la première citée, non pas simplement parce que j’y participe, mais surtout car il s’agit là de sa dernière création, moderne et pleinement dans l’actualité.

Vous serez en plus bien accueillis dans un très joli théâtre et vous passerez certainement un très bon moment, en tout cas nous ferons tout pour cela.

Un grand merci Marie-Laetitia pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article