Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

En exclusivité pour notre blog, la réalisatrice Audrey Pouffer nous dévoile les coulisses de son projet !

12 Avril 2015 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

En exclusivité pour notre blog, la réalisatrice Audrey Pouffer nous dévoile les coulisses de son projet !

Bonjour Audrey,

C'est une fois encore un plaisir de vous retrouver pour ce nouvel entretien.

1/ Vous souhaitez actuellement développer un projet qui vous tient à cœur, « Portraits d'artistes ». Pour commencer, pourriez-vous nous en dire davantage sur celui-ci ? Quel en est le principe ?

Le principe est simple : il s'agit d'interviews de divers artistes de divers horizons. Qu'ils soient acteurs, chanteurs, chefs d'orchestre, paysagistes, transformistes, dessinateurs, strip-teaseurs...

Le but est de montrer qu'un artiste fait partie d'un vrai corps de métier ! Les gens nous mettent souvent de côté, en pensant que ce n'est qu'une passion. Mais c'est aussi un métier !

Les interviews permettront de faire découvrir à tous les difficultés, les joies, les anecdotes de ces artistes connus, inconnus, amateurs ou professionnels.

2/ Les gens en général et les artistes en particulier sont mis en avant au travers de vos interviews. Comment vous est venue l'idée de l'entretien ? Pourquoi cette méthodologie-là et pas une autre ?

L'envie m'est venue, il y a un an. J'ai acheté une caméra et un micro, pour aller interviewer des gens chez eux et créer un bel échange humain. Le milieu artistique étant celui que je connais le mieux, je me suis tout naturellement tournée vers ce dernier pour mon projet.

J'avais la volonté d'être autonome, aussi j'ai appris à utiliser le matériel et à faire les montages. Ce qui me permet d'avoir une grande liberté de créer.

3/ Quelles seront, selon vous, les principales clés des entretiens que vous mènerez pour inciter la personne interrogée à se dévoiler ?

Puisqu'il n'y a pas d'équipe technique, nous sommes dans une certaine intimité. Je fais en sorte que la caméra soit oubliée. Ce climat de confiance est propice aux confidences.

J'aime beaucoup cela et, en plus, la réalisation en est très agréable.

Quelles seront les orientations de ces interviews ? Développerez-vous uniquement la partie professionnelle de l'artiste ? Ou chercherez-vous à aborder d'autres thèmes, notamment à comprendre son origine et son intimité pour mieux cerner ses réalisations ?

Les premiers entretiens étaient principalement centrés sur le métier et donc le côté professionnel. J'ai remarqué, dans les dernières interviews effectuées pour le pilote, que les gens commençaient à se livrer sur des choses plus personnelles, en dehors du travail.

Dernièrement, une comédienne interrogée a aiguillée la fin de son entretien vers les attentats du 11 janvier, pour traiter de la liberté d'expression. Bien que ce ne soit pas là le but premier de l'interview, j'ai trouvé les propos très intéressants et je les ai donc laissés à l'image.

Ajoutons que les premières questions posées se réfèrent généralement à l'enfance et aux origines de la personne. Pour mieux comprendre ensuite ses choix, ses actes et ses réalisations.

4/ Nous l'avons vu, ces entretiens viseront aussi à faire découvrir les différents métiers artistiques, leurs difficultés et leurs joies. Est-ce là un souhait et un besoin personnel que de promouvoir l'art en général ?

Mon inconscient a effectivement sans doute influé mon choix, au travers de ma propre expérience. Si tout avait été rose de suite et si je ne devais pas me battre en permanence, peut-être n'aurais-je pas eu ce besoin de développer ce projet.

Je trouve cela très intéressant de découvrir comment les autres artistes gèrent les problématiques et ce qu'ils en pensent.

5/ Connus, inconnus, débutants, amateurs ou professionnels, il n'y a pas de frontière au projet. Quelle est la démarche à suivre ? Est-ce vous qui contacterez les personnes ou l'inverse est-il également possible ?

Les deux méthodes cohabitent. Au démarrage, je sollicitais moi-même les personnes que je voulais interroger. Pour faire un essai et ainsi m'assurer que j'étais prête à mener ce projet, ce qui a été le cas.

J'ai ensuite ouvert, sur Facebook, une page « Portraits d'artistes », aimée par environ 380 personnes. Parmi lesquelles une dizaine de membres m'ont envoyé un message pour effectuer une interview. Une fois ma sélection faite, je rencontre la personne pendant une demi-heure environ. Si je sens que le feeling passe, il n'y a ensuite aucun problème à se revoir ultérieurement pour la réalisation de l'interview.

Je trouve d'ailleurs intéressant de s'entretenir avec des personnes inconnues qui vivent d'un métier artistique ou avec des gens qui ne parviennent pas à subvenir facilement à leurs besoins, pour leur donner la chance de s'exprimer.

Il n'y a pas besoin d'être connu pour forcément être touchant et apporter quelque chose aux autres.

6/ Pour mener à bien votre projet, vous sollicitez le public via Ulule, site de financement participatif. Quel en est le principe ?

C'est un concept qui se développe de plus en plus.

Le site permet à des projets comme le mien d'être présentés et expliqués aux internautes. Ces derniers, s'ils sont intéressés, peuvent mettre un minimum de cinq euros en collecte. Il est important d'avoir un maximum de participants, pour prouver que le projet intéresse les gens. Quelque soit le montant collecté, votre participation met en exergue votre intérêt.

J'ai estimé que mon projet nécessiterait un soutien financier de 3 000 euros pour effectuer quarante interviews en deux mois, afin de pouvoir payer notamment le matériel, les transports et la nourriture, un régisseur m'aidant dans l'équipe. En cas de non-atteinte de la somme souhaitée, un remboursement intégral est alors effectué auprès des généreux participants.

A l'inverse, en cas de succès et donc d'atteinte de la somme de 3 000 euros voire plus, la réussite est collective et les gens font alors partie de l'équipe. Aussi, des contreparties sont proposées. Par exemple, pour un montant participatif de 25 euros, en plus des remerciements sur la page Facebook du projet, seront envoyés une carte postale du concept accompagnée d'un petit mot de la réalisatrice ainsi que le DVD des premières interviews faites grâce à leur participation. Pour 50 euros s'ajoute un T-Shirt portant, si souhaité, l'inscription de leur prénom et de l'émission.

C'est un vrai partage humain, l'union fait la force !

La plateforme offre donc leur chance à des personnes qui sont travailleurs, passionnées et qui ont la volonté de partager cela avec des gens ayant une passion commune ou souhaitant voir exister le projet. Ce qui est mon cas !

Voici le lien direct du projet :

http://fr.ulule.com/portraits-dartistes/

Quelle est la date limite pour participer ? Comment avez-vous choisi les différentes contreparties ? Quels ont été les critères influant ?

Mon projet dure 50 jours et s'arrête le 1er mai.

Je vous l'ai dit précédemment, j'apprécie beaucoup le contact humain. Aussi, à partir de 80 €, il est important pour moi de contacter directement les gens. Passer du temps au téléphone pour parler du projet ou d'autre chose est un moment de partage. A partir d'une contribution à hauteur de 100 euros, une rencontre est proposée. Au-delà de 250 €, la propre interview du participant lui est proposée.

Je trouve en effet que chacun, qu'il soit artiste ou non, a quelque chose à dire et à donner.

7/ Une fois le financement terminé, quelles seront les prochaines étapes de votre projet ?

Quarante personnes ont déjà accepté de faire des interviews. A partir du 4 mai 2015, les tournages d'interviews vont reprendre, sous réserve de financement suffisant du projet.

Une interview représente une journée de 9h le matin jusqu'à environ minuit, en comptant les différents déplacements, l'entretien et le montage. Deux heures sont passées avec la personne interrogée, en commençant par un partage autours d'un café ou d'un thé, pour amener une confiance et une intimité. La personne étant chez elle, cela renforce ce phénomène.

L'entretien et le tournage durent 1h, plusieurs plans sont effectués, en fonction des questions abordées. Au final, 4 minutes et 45 secondes seront retenues.

A quelle date espérez-vous voir ce dernier abouti ?

Je souhaitais initialement une diffusion à la télévision. Pour autant, j'ai envie de donner la parole à ces personnes avant qu'une production ne se décide. C'est pourquoi j'ai ouvert une chaine Youtube « Portraits d'artistes » sur laquelle je mettrai chaque dimanche une interview.

Aujourd'hui il m'intéresse principalement de donner la parole aux gens interrogés, plus que le gain financier du projet.

J'apprécierais ensuite faire une saison 2, non plus avec des artistes, mais sur une autre activité. Que je n'ai pas encore définie pour le moment.

8/ En parallèle, vous venez aussi de finaliser l'écriture de votre premier long-métrage. Quel en sera le principe ?

C'est un sujet très peu traité en France. Je ne peux donc vous en parler davantage pour le moment. Mon scénario en est actuellement à sa septième version et est dans les mains d'un script doctor, pour le relire et me conseiller.

9/ Pour terminer, qu'avez-vous envie de dire aux lecteurs du blog pour les encourager à vous accompagner, via Ulule, dans votre projet « Portraits d'artistes » ?

Il est très important pour moi que vous croyiez au projet et que vous l'aimiez. N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions à me poser, j'y répondrais avec plaisir.

Ce projet peut aussi aider les gens qui souhaitent travailler dans un milieu artistique à ne pas trop attendre s'il le sente vraiment, comme j'ai pu le faire. J'ai personnellement eu besoin d'une dizaine d'années avant de me lancer vraiment et de franchir le cap à l'âge de 25 ans.

Si j'avais entendu quelqu'un en interview ou en vrai dire de foncer lorsque l'on a cette envie dans la peau, cela m'aurait sans doute davantage incité.

Mes interviews auront donc aussi modestement vocation à aider les gens qui doutent, qui n'osent pas, pensant que cet art est marginal. De même, les parents et les proches pourraient aussi être rassurés.

Réussir dans les métiers artistiques ça n'a pas de prix.

Si l'on est passionné, honnête avec les gens, le public et qu'on ne lâche pas, la réussite perdure et l'on en est extrêmement heureux.

Un grand merci, une nouvelle fois, Audrey pour cet entretien !

Merci à vous Julian !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article