Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Articles récents

Quelques mots de présentation...

25 Mai 2017 , Rédigé par Julian STOCKY

Bonjour à toutes et à tous,

En dehors de ma passion pour mon métier d'ingénieur, je suis également intéressé par les médias auxquels je consacre ce blog pour mettre en avant mes coups de cœur artistiques.

Aussi, au travers d'interviews exclusives, j'aime à partager l'actualité, les projets et les envies d'animateurs de télévision, de journalistes de radio, de comédiens de théâtre et de musiciens.

C'est aussi l'occasion de mieux comprendre leur organisation de travail ainsi que les coulisses de leur métier.

Retrouvez ainsi tout au long de ce blog les entretiens que j'ai pu mener par passion, mais aussi avec plaisir !

Bonne lecture à tous.

Julian

Lire la suite

Blanche Raynal évoque son spectacle "Carte Blanche" !

25 Mai 2017 , Rédigé par Julian STOCKY

Bonjour Blanche,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous  !

 

1/ Vous êtes actuellement sur scène, chaque mardi soir, au théâtre du Marais, dans « Carte blanche ». Quelles thématiques y sont abordées ?

 

Il faut savoir que j'aime beaucoup l'écriture. Au fil du temps, j'avais construit un petit personnage. Lorsque j'allais en province, beaucoup de gens me demandaient, à l'époque de la belle série «  Une femme d'honneur  », quand je monterai sur scène. Du coup, j'ai écris surtout en pensant au public. Pour des retrouvailles avec des gens qui m'ont appréciée dans plusieurs personnages que j'ai pu tourner. C'est donc un rendez-vous avec le public.

 

J'ai voulu de la dérision, du décalage, ne pas me prendre au sérieux, pour passer un bon moment. Avec, en même temps, une trame qui est un peu le métier, un peu la vie de femme, un peu les désirs, les désillusions. Mais, plus le temps passe, plus j'ai envie de rire de ces événements. J'ai donc mis de l'humour dans ce spectacle.

 

2/ Quelles ont été vos principales source d'inspiration pour ce seule en scène ?

 

A 18 ans, on veut faire un métier, on rencontre aussi des difficultés mais également des personnes hautes en couleurs. Sortant d'un milieu très coincé, j'ai été amenée à rencontrer des personnages complètement à l'opposé de ce que j'avais vécu jeune. C'est une ouverture au monde, on vit plusieurs vies, on rencontre des bonnes et des moins bonnes personnes, des gens qui nous tendent la main, d'autres qui ne nous regardent pas.

 

C'est un chemin de vie que je raconte, un apprentissage tout au long du parcours. Cela m'a permis de me construire.

 

Vous êtes vous contrainte à ne pas aborder certains sujets ?

 

Je suis une personne assez franche et assez directe. Donc la metteure en scène, Michelle André, a voulu adoucir un peu l'ensemble. Elle a arrondi les angles.

 

J'ajoute que la préparation a été un moment très difficile, presque un parcours du combattant. Je n'avais absolument pas envie de rentrer dans un système, je voulais m'entourer de personnages humaines. C'est une vraie belle rencontre avec Michelle. Elle ne juge pas, elle donne confiance, elle apporte son vécu et son travail, j'ai donc eu de la chance de la rencontrer. Sans elle, je ne l'aurais pas fait.

 

Je ne voulais pas non plus d'un endroit snob, ce théâtre du Marais permet d'être en contact direct avec le public. C'est ce que j'aime.

 

3/ Selon vous, quelles sont ses clés de succès ? Pourquoi plaît-il autant aux spectateurs qui viennent vous voir sur scène ?

 

Il faut déjà que les gens aient envie de venir me voir moi, car je suis toute seule sur scène. Je suis ouverte au public.

 

Je voulais montrer aussi la difficulté que rencontre une comédienne. Tout n'est pas toujours comme on le rêve, il y a parfois des chemins épineux. Mais sur un ton léger. Je donne au public une part d'une vie, je partage des instants.

 

J'essaie de leur faire comprendre qu'il nous reste toujours une part de l'éducation parentale, ce métier m'a servi à me libérer de celle d'une mère possessive et d'un père militaire. Je me dis que c'est peut-être aux parents de laisser vivre les enfants.

 

On voit défiler de nombreux personnages. Justement, comment passer facilement de l'un à l'autre ?

 

Ce sont à chaque fois de petites séquences imagées. Avec un chapeau pour faire le breton, avec la casquette à l'envers une autre fois.  J'avais encore envie de rire un peu sur le prince charmant car nous sommes tous à sa recherche. En y glissant le regard des femmes sur les hommes. Bref, je m'amuse !

 

4/ Quelle suite aimeriez-vous pouvoir donner à ce chouette spectacle ?

 

J'aime beaucoup ce théâtre. Ils m'ont permis de réaliser ce défi. Il s'agit pour moi d'une première que d'être toute seule sur scène. J’aimerais encore apporter du plus, le roder un peu pour ensuite aller rencontrer les gens en province, en tournée.

 

On verra à la rentrée si je prolonge sur Paris, mais je ne le sais pas pour le moment.

 

J'ai beaucoup travaillé sur ce projet. Que ce soit dans l'écriture pour trouver un fil conducteur, ou bien encore dans la préparation des personnages. A présent, je suis bien.

 

J'aime les planches. «  Oscar  », avec Chantal Ladesou avait été un déclic, je me souviens de ces plusieurs centaines de personnes devant nous qui nous soulevaient comme une vague. Cela donne une énergie incroyable!

 

5/ En conclusion, si ce n'est pas déjà fait, que dire aux lecteurs pour les inciter à venir vous voir sur scène ?

 

C'est un petit moment à partager. J'y ai mis de l'humour, du rire. C'est un peu tendre aussi. On y comprend que c'est peut-être aux parents de laisser les enfants s'extérioriser, pour voler de leurs propres ailes.

 

J'aime ce métier. On peut m'appeler à 3 heures du matin, je suis disponible. C'est une chance extraordinaire d'être comédienne. Je travaille avec des gens chaleureux, très positifs et cela fait du bien.

 

Merci Blanche d'avoir répondu à nos questions !

Lire la suite

Marc Pierret : parcours, souvenirs, projets - il se livre sur tous les sujets !

25 Mai 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Bonjour Marc,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous  !

 

1/ Vous êtes un artiste aux nombreuses expériences, comme en témoignent votre parcours notamment sur scène, en publicité, en télévision ou bien encore au cinéma. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

Le plaisir est dans le jeu. On joue la comédie, tout simplement. La pièce commence, on a travaillé, on a pensé le personnage, on s'oublie, on joue, on se fait plaisir de manière à ce que les gens prennent du plaisir.

 

L'exercice théâtral et l'image sont bien différents. Il y a plein de choses qui rentrent en compte, la gestuelle, la voix. Quand on passe de l'un à l'autre, comme ce fut mon cas, ayant commencé par plus de théâtre, un temps d'adaptation est nécessaire. On fait beaucoup de bêtises, de gestes malvenus. Tout cela s'apprend et, finalement, on se rend compte que l'on trouve la vérité dans la simplicité. Il ne faut jamais oublier que tout cela n'est juste qu'un jeu.

 

2/ Spontanément, retenez-vous une expérience plus qu'une autre ?

 

Dans le plaisir de jouer, je dirais ma dernière expérience, le tournage de « Caïn », réalisé par Bénédicte Delmas. C'est une très belle rencontre humaine et professionnelle. Je me suis senti bien.

 

La rencontre la plus précieuse à mon cœur fut celle avec Annie Girardot, sur les planches, en 1999, dans « Le sixième ciel ». D'abord sur les Champs Élysées, puis en tournée. Je l'appelais Nanou, c'était une femme humainement géniale. Une intimité s'était créée, bien au-delà du jeu. Voir en vrai une femme que l'on admire est juste un rêve qui devient réalité. Elle avait toujours un regard d'une puissance incroyable. C'était assez troublant.

 

Michel Galabru m'a aussi beaucoup marqué. J'étais jeune comédien, nous jouions « Don Juan », j'étais Don Carlos. Aux répétitions, j'étais totalement en écoute de ses mots, comme un petit fils devant son grand-père. J'en ai même une fois oublié de prononcer ma réplique, tellement c'était fort. Il m'avait alors dit, gentiment « Je crois que c'est à toi ».

 

3/ Comment vous préparez-vous en amont d'un tournage, face au rythme soutenu que celui-ci impose ?

 

Je travaille beaucoup en fait. J'essaie de respecter le texte au maximum. Il y a des réalisateurs qui veulent vraiment que les comédiens soient au couteau, tandis que d'autres vont laisser une certaine liberté.

 

J'essaie de me libérer au maximum du texte, pour être ensuite le plus juste possible. La méthode est assez simple, je lis beaucoup la scène, j'apprends aussi les répliques de l'autre. Je tente de plus en plus d'amener le personnage à moi.

 

Il faut être prêt sur le plateau car il y a quand même une grosse pression. Je ne me donne pas le droit à l'erreur.

 

Pour la préparation à un casting, le costume joue beaucoup. En fonction de la vision que je me fais du personnage, j'adapte le choix de mes vêtements. Le jour J, j'y vais petit à petit, je commence à répéter une nouvelle fois mon texte, je mets mon pantalon, je mets ma chemise et le personnage commence à être là. Puis, si besoin, la cravate, les chaussures, la veste et je me le répète comme je vais être au moment du casting. Je le fais évoluer comme cela.

 

En même temps, en travaillant beaucoup, on peut aussi perdre en spontanéité. Il faut trouver le juste milieu. J'adorerais travailler avec Claude Lelouch car on découvre tout au dernier moment, on ne se pose pas de question et tout part spontanément alors de soi.

 

4/ Juste avant de rentrer sur scène, quelles sensations prédominent en vous ?

 

Le trac ! Ça peut être plus ou moins puissant. J'ai eu les jambes coupées juste avant de rentrer sur scène, même si j'avais bien travaillé. Mais, une fois devant le public on y est vraiment et tout s'efface.

 

5/ Quels sont vos actualités, projets et envies artistiques actuels ?

 

J'adorerais retravailler avec Bénédicte Delmas si l'occasion se présentait et elle se représentera. De manière générale, j'ai de plus en plus envie de travailler avec des femmes aux commandes.

 

L'image me parle beaucoup en ce moment. Je vais faire Monsieur Orangina dans une publicité sur internet pour la célèbre marque de boissons.

 

Je chante, j'écris des chansons, je compose, je joue de la guitare, j'essaie d'écrire aussi.

 

Merci Marc pour votre disponibilité  !

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>